SADEN 2020 : des participants expriment leurs satisfactions

Ils  sont 2500 participants  au SADEN, salon des entrepreneurs de Guinée, tenu du 11 au 12 mars 2020 à Conakry. En plus de l’exposition des produits dans les différents stands, une compétition est organisée entre des jeunes entrepreneurs. Venus de l’intérieur du pays  ou basés dans la capitale, ils  affirment être satisfaits de cette deuxième édition du SADEN 2020.

« L’opportunité que nous avons  à travers ce SADEN, c’est d’abord la possibilité de nouer de nombreux contacts », indique Andromarque Zinhouin, directeur commercial d’ OKA COSMETICS, entreprise spécialisée dans la fabrication des produits cosmétiques. Dans la foulée, il ajoute que le salon permet aux  participantes de promouvoir leurs produits.

Contente d’être au rendez-vous, Fatoumata Diaraye Bah, responsable  de ‘’ FEMME SANS BANNIERE ‘’,  entreprise évoluant dans le domaine des produits artisanaux,  explique  que le SADEN ouvre des perspectives aux participants : « grâce à cette exposition, nous avons  eu des commandes. Donc, nous allons pouvoir vendre nos produits en quantité.»

Pour sa part, Aissatou Lamara, journaliste du site actualitéfimine.com  et ancienne lauréate du SADEN explique : « on a présenté nos produits et  on a pu avoir des partenaires. Je peux dire que c’est  une opportunité pour nous  de véhiculer le message que nous transmettons  dans nos différentes entreprises

Christelle Yao, lui, est  du Programme d’intégration socio-économique des jeunes en Guinée (INTEGRA). Pour lui, le SADEN est un moyen pour les entreprise de se faire connaitre : «  nous échangeons avec des entreprise qui ont besoin de formation. Ils ont compris  l’intérêt de notre existence sur le terrain.»

A lire  POLITIQUE/ASSEMBLEE: la majorité annonce une semaine de campagne à l’intérieur

Pour ce qui est de la compétition, il faut noter que 11  groupes d’entrepreneurs, composés de personnes âgées de 18 à 40 ans,  sont engagés. Le thème de cette année st intitulé : l’entreprenariat comme accélérateur de développement des chaines de valeur agro-alimentaire. Chacun devra défendre son projet devant un jury pour bénéficier d’un financement.

 Balla Yombouno