Coronavirus / KALOUM : plusieurs écoles manquent de kits hygiéniques

Le respect des dispositifs sanitaires dans les établissements scolaires publics et privés, recommandé par les autorités,  n’est pas total dans la commune de Kaloum. Ce mardi 17 mars 2020, plusieurs écoles  n’observaient pas les exigences hygiéniques.

 Il est 8h moins à  l’école primaire Frédérico  Mayor sis à Boulbinet.  A la rentrée, se trouve  un seau d’eau dilué  avec de l’eau  de javel. Et chaque élève, enseignant ou encadreur est obligé de   se laver les mains  avant de rentrer dans la cours.  Où il  est placé un autre kit de lavage des mains,  après un travail : balayage de la cour ou d’une salle de classe. Il en est de même  après les toilettes ou  la recréation. « Avant la montée  des  couleurs nos maîtres nous disent de ne pas se serrer les mains sans les laver avec de l’eau  de javel », explique Alia Camara  élève  de la 5éme année.  Depuis l’annonce d’un cas confirmé de coronavirus dans le pays, ajoute Aly N’Diaye, directeur de l’école, les dispositions sont prises à Frédérico Mayor.

Au Collège Mariama Sultan Traoré,  situé dans le même quartier, les précautions sont identiques. Mieux, les responsables de l’école expliquent aux élèves  les modes de prévention de coronavirus.  En témoigne Adama  Issa  Bah,  principale de l’école : «  autour du mât nous les enseignons sur  les mesures à adopter.  J’ai même insisté  d’éviter  de se serrer les mains… ». Cette déclaration du premier responsable de l’établissement est  confirmée par Raguiatou Bah de la 10éme année 2  et Ibrahima  Sory Cissé  de la  7éme année.

A lire  NEGOCIATIONS SYNDICALES : Aboubacar Soumah évoque un possible « durcissement » de sa position

En revanche, à l’école des sourds muets, au  groupe scolaire ‘’Abdou’’, à  l’école primaire maternelle  ” Damba” et  au  collège 2  Boulbinet, aucun dispositif sanitaire n’est en place. « Il n’y a pas de kits de lavage des mains encore moins de  thermo flasheur », déplore un élève qui a requis l’anonymat.

Au niveau des responsables de ces écoles, personne n’a accepté de se prêter à nos questions.

Balla Yombouno