N’ZEREKORE : le FNDC se prépare à empêcher le double scrutin de dimanche

Décidément, le mot d’ordre de la coordination nationale du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) est répercuté à la base. En tout cas, à la suite des menaces proférées hier par les responsables nationaux du Front anti-nouvelle constitution, c’est l’antenne régionale de N’zérékoré qui, à son tour, prépare ses membres à faire en sorte que le double scrutin programmé le dimanche prochain ne puisse pas passer. Il ne suffit pas ne pas aller voter, il faut aussi et surtout résister, préconise un des responsables du mouvement de contestation du projet du président Alpha Condé. C’était ce même mardi 17 mars 2020.

A lire  ALGERIE : retour à la case départ

Au-delà même du projet de nouvelle constitution, le responsable fédération du Bloc libéral (BL), par ailleurs membre influent du FNDC, estime que la « procédure et la convocation du corps électoral n’ont respecté aucune loi ». Par conséquent, exhorte ouvertement Moïse Haba, « on doit user de tous les moyens légaux pour empêcher la tenue de ce scrutin. Je demande aux jeunes, aux femmes, à toute la population de la Guinée forestière de résister, puisque cela est prévu par notre constitution. Nous ne devrons pas seulement nous contenter de ne pas aller voter mais nous devrons résister ».

L’opposant estimant en outre que la région forestière en particulier a des raisons d’en vouloir à la gouvernance du président Alpha Condé. « Durant les 10 ans de pouvoir d’Alpha Condé, la région forestière n’a connu que des malheurs (tueries de Saoro, de Zogota, de Womey, le départ des sociétés minières, l’épidémie à virus Ebola etc.) », énumère-t-il en guise d’illustration.  Or, au-delà, si Alpha Condé réussit à doter le pays d’une nouvelle constitution, on lui aura ainsi permis de faire entrer le loup dans la bergerie pour de nombreuses années. « Si on le laisse changer la constitution cela aura impact grave sur notre jeune démocratie car, chaque président qui viendra va se tailler une constitution sur mesure », avertit le responsable fédéral du BL dans la région.

A lire  SOGEAC : Alpha Condé nomme un nouveau DG

Prenant la parole à son tour, le vice coordinateur régional du FNDC de N’zérékoré, enfonce le clou. « Nous ne devons pas laisser un petit groupe mettre à genou notre pays. Disons non à cela. Du 21 au 22 mars prochain, nous devons jouir de tous les moyens légaux pour empêcher la tenue de cette consultation. La date du 22 ne doit pas passer par nous et c’est pourquoi nous vous invitons à une résistance active pour barrer la route aux ennemis de la Guinée afin de libérer le peuple », lance à tour, Cécé Loua

A noter que les Guinéens sont appelés aux urnes le 22 mars prochain pour des élections législatives couplées au référendum constitutionnel. Si les premières souffrent de la non participation des principaux partis de l’opposition, le second est lui combattu par aussi bien l’opposition politique par une frange importante de la société civile. Quant à elle, la communauté internationale affiche sa méfiance.

De N’zérékoré, Niouma Lazare Kamano pour ledjely.com

Tél:+224622783505