SCRUTIN/KANKAN : réactions croisées de quelques candidats

Après le double scrutin législatif et référendaire de ce 22 mars 2020 en Guinée, l’heure est au bilan dans les différents QG des partis politiques engagés pour la députation uninominale de Kankan. Si certains se félicitent ouvertement du déroulement des élections qu’ils qualifient des crédibles et transparentes, d’autres par contre pensent que c’est un autre rendez-vous démocratique manqué pour le pays.

A lire  Grève de soutien au SLECG, la FESABAG n’a pas encore signé le préavis

Pour Karamo Condé, responsable de communication du directoire de campagne du RPG AEC, les élections se sont déroulées dans les conditions souhaitées. « Nous sommes satisfaits du déroulement des élections, il n y’a pas eu d’incidents, ni de failles. Les citoyens ont librement exprimé leurs voix et par endroit, tous les membres des bureaux de vote étaient présents, la paix et le calme ont aussi caractérisé le double scrutin; ce que nous avons vu nous ravit et les résultats aussi sont promoteurs », se réjouit-il.

Son de cloche tout à fait différent de la part du candidat uninominal du parti UDIR. Moussa Condé se dit déçu de l’organisation du scrutin. Mais il fait confiance aux juridictions nationales. « C’est d’abord regrettable de voir autant de morts pour une élection dans notre pays et je demande à l’État de mener à bien les enquêtes pour rendre justice. On a enregistré beaucoup d’anomalies et d’irrégularités », juge-t-il. Avant d’annoncer : « nous sommes en train de rédiger nos constats afin de déposer au niveau des juridictions du pays en lesquelles, nous avons foi ». Mais en tout état de cause, Moussa Condé se veut raisonnable et philosophe : « quels que soient les résultats, c’est Kankan qui gagnera ».

A lire  ADMINISTRATION LOCALE : le MATD et COGINTA signent une convention de partenariat

Le secrétaire fédéral du MPDG n’est ni aussi compréhensif, ni aussi courtois. « C’est une occasion ratée pour notre pays », proclame-t-il tout d’abord. « Du début à la fin, on a enregistré les irrégularités déjà relayées. Pendant la centralisation, ce sont les agents de sécurité qui sont partis par endroit cueillir les urnes pour les envoyer dans des lieux non appropriés et ce, en excluant nos délégués et nos superviseurs pendant la compilation », se plaint-il. D’ailleurs, à l’en croire, de la part des autorités, « c’est le référendum qui est priorisé aux dépens des législatives pour lesquelles, nous avons voté ».

Pour rappel, les opérations de centralisation des votes se poursuivent à la mairie de Kankan en présence des agents de sécurité.

Kankan, Michel Yaradouno pour Ledjely.com

Tel: 620 997 057