DOUBLE SCRUTIN: La France condamne les actes de violence et trouve que les élections “n’ont pas été crédibles”

Via un point de presse que la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères et de l’Europe, de ce mardi 24 mars, la France se prononce sur la crise consécutive à l’organisation, le dimanche dernier, de la double consultation référendaire et législative. Tout d’abord, elle dit condamner les actes de violences qui auront entraîné la “mort de plusieurs Guinéens”. Sur le scrutin lui-même, elle réitère qu’il n’a pas été “inclusif” et que le fichier qui a servi à son organisation, n’était pas consensuel. Toutes choses qui, à en croire la porte-parole du Quai d’Orsay “n’ont pas permis la tenue d’élections crédibles et dont le résultat puisse être consensuel“. D’autant que s’y ajoute que le “rôle joué par des éléments des forces de sécurité et de défense (excédait) la simple sécurisation du processus“. Pour autant, la France ne désespère quant à un dialogue en vue de désamorcer la crise. Elle s’engage en cela à soutenir les initiatives de la CEDEAO, de l’Union africaine et de l’OIF. 

A lire  Empêcher l'élection, Cellou Dalein fait-il marche-arrière?

Bref, ci-dessous l’intégralité du communiqué

La France suit avec préoccupation la situation en Guinée, après l’organisation, ce dimanche 22 mars, d’élections législatives et d’un référendum en vue d’un changement de Constitution. Elle condamne les actes de violence qui ont entraîné, durant cette journée, la mort de plusieurs Guinéens.

Le caractère non inclusif de ces élections et non consensuel du fichier électoral, ainsi que le rôle joué par des éléments des forces de sécurité et de défense excédant la simple sécurisation du processus, n’ont pas permis la tenue d’élections crédibles et dont le résultat puisse être consensuel. La France relève aussi l’absence d’observation régionale et internationale à l’occasion de ce double vote.

A lire  La manifestation du lundi 14 octobre est « maintenue », selon le FNDC

La France soutiendra les initiatives de la CEDEAO, de l’Union africaine et de l’OIF pour désamorcer les tensions en Guinée et restaurer rapidement un dialogue entre toutes les parties. Elle appelle tous les acteurs guinéens, quels qu’ils soient, à la responsabilité et à la plus grande retenue.