Le rapport périodique pour la mise en œuvre de la charte africaine des droits de l’enfant discuté

Réunis en atelier, les acteurs évoluant dans le domaine de l’enfance ont échangé sur la validation du rapport périodique combiné sur la mise en œuvre de la charte africaine des droits et du bien-être des enfants. 

En mai 1999, la Guinée a ratifié la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant. Dès lors, elle a l’obligation d’assurer le bien-être de l’enfant à toutes les étapes de sa vie en mettant des dispositifs en place pour assurer la promotion de ses droits et sa protection contre toutes les formes de violences, d’exploitation, d’abus et de négligence. Les actes posés doivent contenir dans un rapport périodique.
C’est pour ainsi valider ce rapport qu’un atelier a été organisé les 13 et 14 janvier 2020 à Conakry. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par Idrissa Sané, Chef de cabinet du Ministère des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance représentant Madame la Ministre et Dr Pierre Ngom, le Représentant de l’UNICEF.

Jetant un regard rétrospectif sur les actions menées dans le pays, Pierre Ngom relève des avancées dans le cadre de la promotion et de la protection des droits de l’enfant « Des progrès ont été enregistrés ; notamment l’adoption par l’Assemblée Nationale de la loi portant code de l’enfant révisé, la réduction du taux de mutilations génitales féminines de 45 % à 39 % chez les enfants de 0-14 ans (EDS 2018), une augmentation du taux d’enregistrement des enfants à l’état civil de 62 % en 2018 contre 58 % en 2012. Il faut mentionner également des initiatives porteuses comme les transferts en numéraires qui contribuent au maintien de 1.000 enfants les plus vulnérables à l’école ».

A lire  RECONVERSION POSITIVE : Yaramo Malé, d’ancienne matrone traditionnelle à relais communautaire
Saa Momory KOUNDOUNO
Dr Pierre Ngom, Représentant Résident de l’UNICEF

À ces progrès, s’ajoutent d’autres qui sont mentionnés par Idrissa Sané, Chef de cabinet, du Ministère des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance représentant Madame la Ministre, à savoir « L’adoption portant protection et promotion des personnes handicapées, notamment les enfants, la consécration du mois de juin comme le mois de l’enfant guinéen, la création par décret du 05 janvier 1995 d’un comité de suivi des droits de l’enfant, la mise en place le 16 juin 2001 du parlement des enfants de Guinée, la mise en place d’un système de protection de l’enfant à base communautaire, la création d’une commission nationale de lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées, la création d’un office de protection genre des enfants et des mœurs, la prise en compte du développement de la petite enfance dans le programme sectoriel de l’éducation ».

Saa Momory KOUNDOUNO
Idrissa Sané, Chef de cabinet, du Ministère des affaires sociales, de la promotion féminine et de l’enfance

Nonobstant tous ces progrès, d’énormes défis se dressent encore en matière de protection et de promotion des droits de l’enfant dans le pays. Des défis portant surtout sur le relèvement du taux de couverture vaccinale et l’enregistrement des enfants à l’état civil, rappelle Dr Pierre Ngom. « Le taux de vaccination reste encore bas ; la proportion d’enfants ayant reçu tous les 8 vaccins de base ont diminué de 37 % en 2012 à 24 % en 2018. La proportion d’enfants n’ayant reçu aucun vaccin a augmenté de 11 % à 22 % au cours de la même période (EDS 2018). Bien que nous notions que le taux d’enregistrement des enfants à l’état civil s’est amélioré, force est de contacter que 38% d’enfants ne disposent toujours pas d’actes de naissance ».

A lire  FOCUS SADEN Leadership entrepreneurarial - Amadou Fall Sako : « Plus on réussit, plus on bâtit sa crédibilité. En se formant, on se donne les moyens de réussir»
Saa Momory KOUNDOUNO
Les participants à l’atelier de validation du rapport périodique combiné sur la mise en œuvre de la charte africaine des droits et du bien-être des enfants.

Pour relever ces défis, Idrissa Sané invitera les participants à cet atelier de validation, à faire des contributions concrètes. « Le rapport soumis à votre appréciation pour validation exigera des efforts de mise en œuvre déployés par l’ensemble des acteurs et partenaires au développement. Il s’agit donc pour vous en tant qu’experts dans les domaines connexes de l’enfance, d’apporter vos différentes contributions pour actualiser les informations sectorielles contenues dans le présent rapport. Ainsi, les conclusions de vos travaux permettront de produire un rapport national inclusif et de qualité ».

Saa Momory KOUNDOUNO
Les participants à l’atelier de validation du rapport périodique combiné sur la mise en œuvre de la charte africaine des droits et du bien-être des enfants.

Pierre Ngom pour sa part, mettra l’occasion à profit pour plaider auprès de Madame la Ministre des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, pour le renforcement des capacités du comité guinéen de suivi et de la protection des droits des enfants, tout en sollicitant vivement auprès d’elle, le suivi de la promulgation du code de l’enfant révisé.

Saa Momory Koundouno, UNICEF GUINEE