Ledjely.com
Accueil » TRANSPORT URBAIN: les mesures anti-Covid-19 à Conakry
A la une Santé Société

TRANSPORT URBAIN: les mesures anti-Covid-19 à Conakry

« Les transports en commun de la ville de Conakry seront soumis à une limitation de passagers : 3 passagers par voiture, 1 par moto, et 7 à 10 par minibus ». C’est ainsi que le président de la République a libellé la 4ème mesure d’une série de 14 qu’il a rendu publiques le jeudi 26 mars, en vue de freiner la  propagation du Coronavirus en Guinée. Mais dans la capitale guinéenne, en ce vendredi, notre reporter a fait le constat d’une application plutôt variée de la mesure dans la circulation. Quelques-uns s’efforcent certes de mettre en application la décision des autorités, mais avec à la clef une hausse anarchique du coût de transport. D’autres, quant à eux, font le choix de garer les véhicules, en attendant des passagers fortunés susceptibles de louer à eux seuls tous les sièges. Enfin, une dernière catégorie préfère ignorer royalement les instructions présidentielles.

[irp]

« Le décret est passé à la télévision. Aujourd’hui il n’y a pas un taxi qui n’a pas de radios, donc tout le monde écoute la radio. On va se réunir dans la journée pour définir les mesures d’accompagnement. En attendant nous demandons l’application correcte de ce décret » relaye mécaniquement Mamadou Yaya Barry, un des secrétaires généraux de la Fédération des transporteurs de Guinée que nous avons joint au téléphone. Encore que l’on peut bien se demander si lui-même avait suivi le président de la République. Dans la mesure où le président de la République n’a pas fixé les mesures par décret, mais via une adresse solennelle.

Quoi qu’il en soit, les mesures n’ont globalement pas été respectées pour la première journée. « Je suis revenue du travail dans un même taxi que 5 autres passagers comme d’habitude. Et comme d’ordinaire, j’ai payé 6000 GNF de Kaloum jusqu’ici » relate une citoyenne rencontrée à Cosa. « Moi j’ai payé 10 000 GNF jusqu’ici », rétorque une autre, qui admet que le chauffeur qui l’a amenée a fait respecter les nouvelles normes.

[irp]

A noter que la police routière veillait dans la matinée à l’effectivité de cette mesure par endroit. Mais chez certains d’entre eux, on ne semblait pas comprendre la mesure relative notamment au nombre de passagers dans les taxis.

Hawa Bah

Articles Similaires

COTE D’IVOIRE : une rencontre, une comédie

LEDJELY.COM

CONAKRY : des inondations dans plusieurs quartiers suite à des pluies diluviennes

LEDJELY.COM

NONGO : un bar très connu sommé d’arrêter toute activité

LEDJELY.COM

Foniké Menguè retourne en prison, après son évacuation sanitaire à Ignace Deen

LEDJELY.COM

FARANAH : une (autre) candidate accouche en plein examen du BEPC

LEDJELY.COM

COVID-19 : l’état d’urgence sanitaire prorogé de trois mois

LEDJELY.COM
Chargement....