COUVRE-FEU: Kaloum à… l’épreuve !

Le couvre-feu instauré  dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 est largement  suivi dans la commune de Kaloum.  Avec, de temps en temps,  des  scènes insolites.

Samedi  4 avril 2020. Il est 20h 30 à Kaloum. Dans une quinzaine de minute, le couvre-feu est censé rentrer en vigueur. Au bord de la route,  c’est la peur ! Beaucoup de citoyens qui habitent la banlieue de Conakry  n’ont pas encore trouvé  de véhicules  pour rejoindre leurs familles respectives. Or, depuis l’instauration du couvre-feu, un barrage  est érigé au niveau du pont 8 novembre très tôt.

A lire  MASSACRE DU 28 SEPTEMBRE : le procès, ce sera finalement à la Cour d’appel

A  20h  45 minutes. Sur la 2éme avenue du  boulevard  Tely Diallo,   un pick-up, avec  à son bord 4 gendarmes,  crée  la panique. Les occupants  cherchent  à  manger dans une gargote.  Mais, l’allure avec laquelle la camionnette arpente les ruelles effraie  les citoyens.  De sursaut, alors que  certains sortent de la gargote, abandonnant leurs plats d’haricots, d’atièkè assaisonné de poison, de tomate et de banane plantain, d’autres ont même renversé les leurs de passages.

La veille,  des  jeunes regroupés  au-delà de 21h sur la 5ème avenue ont subi les conséquences de  leur entêtement. « Ils ont été chicotés   par les forces de l’ordre », explique un jeune. Qui ajoute que  ces derniers ont passé toute la nuit à la disposition des agents, avant d’être relâchés aux environs de 5h du matin.

A 22h10 minutes.   la route est déserte. Les magasins et les boutiques de proximités sont fermés. Quelque  rares  véhicules  circulent sur la grande route, en majorité des pick-up militaire. A l’intérieur des quartiers, pendant ce temps, un silence de cimetière est observé.

 

Balla Yombouno