Ledjely.com
Accueil » KINDIA : des abus dans l’application du couvre-feu
A la une Basse-Guinée Politique Societé

KINDIA : des abus dans l’application du couvre-feu

Dans la capitale des agrumes, l’application du couvre-feu par les militaires fait des mécontents. Quotidiennement, les personnes interpellées au-delà de 21 heures se plaignent des violences à elles infligées.

Mardi 14 avril 2020. Il est 22 heures 05 minutes à Kindia. Au quartier Thierno Djibiya, des pick-up militaires patrouillent dans les rues. Après une course folle, un motard tombe dans le guet-apens des patrouilleurs. Une violence inouïe s’en suit. Selon des témoins, le jeune motard est matraqué par plusieurs agents. Il est également roué de coups de pied.  « Il a pleuré de toutes ses forces », rapporte un jeune habitant du quartier. Brusquement, ajoute-t-il, un autre motard en provenance de Mangoya surgit et tombe sur la scène. « Apparemment, plus que le bruit du moteur, c’est le crépitement des pneus de la moto qui fait sursauter les agents occupés à des donner des coups au premier motard ». Dans la mêlée, le second motard fait demi-tour et s’échappe de justesse, en esquivant des coups de matraque : « il a failli tomber dans un caniveau, mais sa maîtrise de l’engin l’a sauvé. »

Dans la causerie, un jeune coiffeur résidant au quartier Gare se plaint, lui aussi, du comportement des militaires : « j’ai assisté à une scène pareille au niveau de la station Total de la gare routière. Des militaires sont venus renverser tout ce qu’ils ont trouvé sur leur passage. Les marchandes venues acheter des légumes et des fruits en ont fait les frais. En temps normal, c’est à partir de 21 heures qu’elles se préparent pour transporter leurs marchandises à Conakry ». Pour sa part, un vieil homme d’une soixantaine d’années, trouve que les patrouilleurs ne se fixent aucune limite : « rentré tardivement d’un voyage, ils m’ont malmené. Or, il n’a pas été dit de frapper les gens. » Au quartier Wondi, Mody Oury raconte, lui aussi, sa mésaventure : « quand je les ai malheureusement rencontrés, le phare de ma moto a été cassé. Ils n’ont pas pu mettre main sur moi, sinon j’allais subir le pire. »

KINDIA, Balla Fakoly, ledjely.com

Tel: 625 10 88 66

Articles Similaires

URGENT : Siaka Barry démissionne de l’Assemblée nationale

LEDJELY.COM

URGENT : le président de la CAF suspendu cinq ans par la Fifa pour détournements de fonds

LEDJELY.COM

DECLARATION DE BIENS : Alpha Condé persiste et signe

LEDJELY.COM

INTERDICTION DE MANIFESTATIONS : « le FNDC ne saurait obéir… »

LEDJELY.COM

L’armée éthiopienne menace d’assiéger la capitale du Tigré

LEDJELY.COM

22 NOVEMBRE 1970. Il y a 50 ans, la Guinée faisait l’objet d’une « agression portugaise »

LEDJELY.COM
Chargement....