Ledjely.com
Accueil » [TRIBUNE]/COVID-19 EN GUINEE: pourquoi sommes-nous le pays le moins performant?
A la une Politique Tribune

[TRIBUNE]/COVID-19 EN GUINEE: pourquoi sommes-nous le pays le moins performant?

Pourquoi sommes nous le pays le moins performant et en passe de devenir le plus touché du continent, malgré notre si modeste taille et notre expérience avec Ebola?

[irp]

C’est vraiment honteux que notre pays et ses dirigeants continuent à se distinguer par l’incapacité et l’inefficacité. Dans un article du New York Times que j’ai lu ce matin, notre petit pays est nommé comme celui enregistrant la pire évolution du virus en Afrique, avec un nombre de malades doublant tous les six jours.

Nous refusons de prendre des mesures rigoureuses et utiles, et exposons les vies de nos populations à des risques incontrôlés. Ce n’est pourtant pas aussi compliqué pour les petits pays car l’identification et le suivi des victimes et leurs contacts y sont plus faciles.

À Conakry (où je séjourne actuellement et observe les comportements), qui est l’épicentre de la maladie en Guinée, une seule semaine de confinement total pourrait suffire pour transporter tous les malades (notamment les hauts dignitaires de l’état qui refusent d’être suivis dans les mauvais centres hospitaliers qu’ils ont mis en place pour leurs populations pendant qu’ils se faisaient soigner à l’étranger) et dénicher tous les contacts pour la mise en quarantaine. Les multiples centres hôteliers et motels du pays, presque vides actuellement, pourraient être loués pour accueillir les victimes et les contacts, en s’inspirant notamment du système Vietnamien, l’un des plus performants au monde, avec un suivi rapproché des FO, F1 et F2 (respectivement victimes, contacts et contacts des contacts). Les personnes sans ressources pourraient être logées dans les motels et hôtels de moyen standing à la charge du contribuable. Et ceux des revenus élevés, voulant garder leur niveau de confort, pourraient payer pour leur internement dans les hôtels 4-5 étoiles. Ce qui permettra au secteur hôtelier de respirer financièrement dans cette période de difficultés sans précédent et aux employés ayant perdu leurs jobs de retrouver le chemin du travail.

[irp]

A part les spécialistes en santé publique, la gestion d’une pandémie n’est pas forcément le travail d’un spécialiste en médecine. L’ophtalmologue ou le neurologue n’a pas pour vocation de mettre en place des systèmes logistiques et de suivi adéquats, mais de soigner des malades. On ne peut résumer ce problème à une question médicale. Loin s’en faut. Il s’agit plutôt d’un problème économique, gestionnaire, social, financier, logistique, etc. Et, par conséquent, on ne peut accepter un État qui, au lieu de prendre ses responsabilités, se met à critiquer les cadres de sa propre agence en charge de gérer la crise du covid-19. Les premiers responsables de ce qui se passe actuellement sont le Président de la République et son Premier Ministre. L’histoire vous regarde, et vous jugera sans nul doute en fonction de votre capacité à freiner la propagation, soigner les malades, et atténuer les impacts sociaux sur les populations, notamment les plus vulnérables, à travers des mesures ciblées. Croyez moi, on peut faire mieux, et largement mieux, sur tous ces plans.

[irp]

Que Dieu sauve la Guinée et les Guinéens, et sauve le monde. Et comme l’a dit Tiken Jah Fakoly, “Dieu nous attend”: c’est quand on changera positivement de comportements, que Dieu aussi songera à nous aider.

Et justement, dans cette perspective de changement que je souhaite voir en Guinée, malgré la distance par rapport aux dossiers actuels de notre pays sur lesquels je ne travaille plus depuis environ un an, je me fais le devoir de proposer les dix mesures suivantes, sur la base de mes observations et de mes expériences antérieures :

  1. Limiter la subvention des factures d’électricité au plafond de GNF 500.000 par ménage, car il n’y a pas de logique économique ni sociale à subventionner les riches pendant que les besoins des pauvres sont encore énormes et insatisfaits. Ainsi, la partie d’une facture supérieure à GNF 500.000 par mois, doit être payée par les ménages qui utilisent certainement des climatiseurs, machines à laver, etc.
  2. Subventionner les factures d’électricité des entreprises directement et particulièrement affectées par la crise sanitaire, notamment les hôtels, les boites de nuits, les agences de voyage et de tourisme, les restaurants, etc.
  3. Subventionner les salaires (en payant au moins le SMIG) des employés ayant perdu leurs boulots à cause de la crise sanitaire. Il semble facile d’identifier ces employés sur la base des déclarations (RTS, CNSS) des hôtels, motels, agences de voyage, etc. effectuées avant et après la crise sanitaire
  4. Subventionner le prix du pétrole lampant dont l’utilisation est très faible mais effectuée par des agents économiques notamment pauvres
  5. Payer des bourses d’entretien aux étudiants qui constituent une catégorie sociale particulièrement démunie, mais en s’assurant que ces paiements seront effectués par le canal des mobile money en vue de renforcer les gestes barrières en évitant les paiements en espèce et les attroupements. Il n’est pas très compliqué de mettre le système en place s’il n’existe pas encore, faisant ainsi de la crise une opportunité de digitalisation des paiements gouvernementaux. Ces paiements doivent s’ajouter à ceux de l’ANIES qui sont essentiels à l’atténuation des effets de la crise sur la pauvreté
  6. Revoir à la baisse les frais de transport urbains et interurbains que les syndicats des transporteurs, organisés, ont un peu trop augmenté leurs tarifs, sans tenir compte de la baisse (si faible fut-elle) des prix des produits pétroliers à la pompe. Les consommateurs, moins organisés, ne peuvent compter que sur l’Etat pour la défense de leurs droits
  7. Confier la gestion du covid19 à des spécialistes en santé publique (non des médecins purs et durs), en gestion de projet, en économie, en logistique, etc. car la gestion de cette crise requiert plus de qualités managériales que d’expertise médicale
  8. Signer des contrats de location avec des tarifs préférentiels avec les hôtels et motels de Conakry en vue de leur utilisation pour y loger les cas positifs. La subvention des salaires et des factures d’électricité de ces hôtels et motels sera prise en compte dans les négociations. Les patients pourront gratuitement avoir accès aux motels et petits hôtels à la charge de l’Etat, mais l’hébergement dans des hôtels 4-5 étoiles devra être payant par les patients à la recherche d’un meilleur confort
  9. Rendre possible mais très organisé l’apport de nourriture aux patients par leurs familles respectives dans les centres d’internement. Ceci réduira les plaintes mais aussi les charges liées à la crise
  10. Enfin, le plus important, il faut confiner tout Conakry pour au moins 5 jours en vue d’identifier et transférer tous les cas F0, F1 et F2 (respectivement cas confirmés, contacts et contacts des contacts) et ce, sans exception aucune.

Mamoudou Nagnalen Barry
Fonctionnaire International

Articles Similaires

VOL DE BÉTAIL : un bouvier assassiné, des graves accusations portées contre le préfet de Lola !

LEDJELY.COM

DECOUVERTE D’OR A GAOUAL : le ministre des Mines met en cause les études techniques

LEDJELY.COM

GUINÉE : les députés votent un projet d’infrastructures routières de près de 60 millions d’euros

LEDJELY.COM

MINES : c’est parti pour un atelier de formation de trois jours à l’intention des journalistes !

LEDJELY.COM

KOUROUSSA : sept personnes décèdent après avoir consommé du tô

LEDJELY.COM

Quel avenir politique pour Madic 100 Frontières, après sa libération de prison ?

LEDJELY.COM
Chargement....