Ledjely.com
Accueil » KANKAN : réactions mitigées après la mutation du préfet Aziz Diop à Coyah
A la une Actualités Haute-Guinée Politique

KANKAN : réactions mitigées après la mutation du préfet Aziz Diop à Coyah

Aziz Diop quitte Kankan, après avoir passé cinq ans à la tête de la préfecture, pour rejoindre Coyah où il prendra les mêmes fonctions mercredi prochain. Depuis l’annonce de cette mutation, les commentaires vont bon train dans le Nabaya. Si certains saluent la gestion du préfet sortant qui aurait permis d’asseoir la paix et la quiétude dans la ville, d’autres par contre ne sont pas prêts d’oublier de sitôt le passage d’Aziz Diop à la tête de la préfecture de Kankan. En effet, le sulfureux préfet est cité dans de nombreuses affaires, notamment dans des conflits domaniaux entre familles et surtout dans la répression féroce contre les partisans du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), empêchant ces derniers d’organiser des manifestations dans la ville pour contester le référendum constitutionnel qui s’est tenu le 22 mars dernier.

Ce lundi 18 mai 2020, le correspondant du Djely dans la région de Kankan a recueilli les réactions de responsables politiques et acteurs de la société civile sur place. Voici la synthèse de leurs points de vue…

Ibrahima Kalil Chérif, responsable de la jeunesse de la section Banankoroda du RPG/Arc-en-ciel, est satisfait de la gestion de l’ancien activiste de la société civile devenu administrateur territorial. « C’est un administrateur de haut niveau et un grand patriote. A Kankan, il a montré de quoi il est capable. Il a géré les conflits et il est intervenu le plus souvent au bon moment. C’était l’administrateur le plus influent de la préfecture », estime ce responsable du parti au pouvoir qui assure, comme Aziz Diop, que le mouvement anti-troisième mandat n’a jamais existé à Kankan. « Il n’y a jamais eu de FNDC à Kankan. Ceux qui se réclament de ce mouvement reste dans leurs chambres pour faire des publications sur Internet. Ce sont des complexés et [Aziz Diop] était dans son rôle de représentant du chef de l’État ».

Un point de vue que ne partage pas Antoine Dogbo Guilavogui, vice-coordinateur de l’antenne locale du Front national pour la défense de la Constitution. « C’est une gestion ratée. Quelle est la preuve de sa gestion à Kankan ? On ne va jamais vous montrer quelque chose qui est l’œuvre du préfet sortant. Dans les bons pays, chaque responsable avant de quitter son poste montre les œuvres qu’il a réalisées », explique-t-il avant de répondre aux allégations selon lesquelles le préfet sortant n’a jamais empêché les militants du FNDC de manifester dans la ville : « On se connaît dans ce pays. Il a empêché les manifestations à Kankan pour l’alternance démocratique en Guinée. Aziz Diop est la photocopie de l’administrateur guinéen typique », dit-il en dénonçant les irrégularités qui auraient entaché le double scrutin législatif et référendaire du 22 mars, boycotté par le FNDC et les principaux partis politiques de l’opposition.

Un citoyen qui a préféré garder l’anonymat se souvient de nombreux scandales dans lesquels apparaît le nom du désormais ancien préfet. « Il est cité dans plusieurs dossiers domaniaux ici et dans certains villages. Une famille de Banankoroda l’a également cité. Cela rend sa gestion malheureusement malsaine », estime-t-il.

Pour le président des organisations préfectorales de la société civile de Kankan, Aziz Diop laisse un bon souvenir dans la mémoire collective des citoyens du Nabaya. « Le préfet est un homme de terrain et il l’a prouvé ici. Il a réglé certains litiges en zones rurale et urbaine. Il s’est impliqué grandement pour permettre d’essouffler les grèves répétitives du SLECG (Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, ndlr) à Kankan », se félicite cet activiste qui défend le préfet sortant face aux accusations portées par les responsables et militants de l’antenne locale du Front national pour la défense de la Constitution : « S’il y a quelque chose à retenir dans cette situation du FNDC, c’est que l’ex-préfet n’est pas politique. Il a toujours défendu les valeurs cardinales de notre nation », conclut-il sans pour autant donner plus de détails.

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com

Articles Similaires

CELLOU DALEIN PERSISTE ET SIGNE : « Je suis le vainqueur de la présidentielle avec 53,84% »

LEDJELY.COM

Internet sans Frontières condamne vigoureusement le blocage des réseaux sociaux en Guinée

LEDJELY.COM

CELLOU DALEIN DIALLO : « Mon moral n’est pas cassé, je suis déterminé »

LEDJELY.COM

CRISE POST-ÉLECTORALE : une mission diplomatique attendue à Conakry pour tenter de désamorcer la crise

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : encore des magasins et des boutiques pillés

LEDJELY.COM

Réouverture des classes intermédiaires, Bintia pourra enfin poursuivre son rêve devenir banquière

LEDJELY.COM
Chargement....