CONAKRY : les salaires des enseignants grévistes disponibles dans les DCE

C’est désormais officiel, les directions communales de l’Éducation (DCE) et les directions préfectorales de l’Éducation (DPE) ont été instruites de déconsigner les salaires des enseignants grévistes du secteur public. Une décision qui intervient après de multiples plaidoiries à l’endroit du gouvernement pour alléger les difficultés des enseignants en cette période de crise sanitaire du COVID-19.

A en croire Mohamed Yattara, le directeur communal de l’Éducation de Kaloum, tout est mis en place pour faciliter le paiement. « Ce n’est pas un dégel. Les salaires ont été consignés (dans les DCE/DPE, ndlr), donc ils viennent d’être déconsignés sur instruction du ministre de l’Éducation. On n’attendait que la décision », a-t-il précisé.

Du côté de la DCE de Dixinn, on explique : « Il se trouve que chaque enseignant relève d’une école, qui a un délégué comptable, soit c’est le directeur général ou son adjoint qui s’occupe des salaires. Donc, ce sont eux qui viennent vers la section administrative et financière (SAF) avec les états des salaires pour prendre l’argent et retourner dans leurs écoles pour payer les gens, puisqu’on ne peut pas se permettre de grand regroupement actuellement. Les directeurs des écoles sont là et la SAF a commencé le paiement », a annoncé Sylla Garanké, chef service pédagogie par intérim qui précise qu’ils sont au nombre de 46 les enseignants qui n’ont pas récupéré leurs salaires depuis le 9 janvier 2020. « Entre temps, les autres enseignants grévistes ont récupéré progressivement leur dû ».

Si à Kaloum et à Dixinn les choses semblent s’être accélérées, ce n’est pas encore le cas dans les établissements scolaires de la commune de Matoto, a laissé entendre Mamadou Diallo, le proviseur du lycée Dr. Ibrahima Fofana. « On ne nous a pas encore appelé. C’est une question de procédure et la procédure est très longue », a-t-il tenté de justifier.

A lire  GUINEE: voici le projet de nouvelle constitution

Mais à en croire des informations confiées à notre rédaction, certains enseignants sont allés eux-mêmes récupérer leurs salaires. C’est le cas notamment à Matoto.

Hawa Bah