COVID-19 : le FNDC accuse le gouvernement guinéen de se servir de la crise sanitaire pour imposer son ”coup d’Etat constitutionnel”

Dans un communiqué rendu public ce vendredi soir, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), en réponse au communiqué publié plus tôt par le ministère de la Sécurité et de la Protection civile mettant en garde contre une éventuelle reprise des manifestations de rues après la fête du Ramadan, accuse le gouvernement guinéen de se servir de la crise du nouveau coronavirus pour tenter d’imposer son coup d’Etat constitutionnel et de neutraliser le mouvement avant l’annonce de la candidature du président Alpha Condé à la prochaine élection présidentielle pour un troisième mandat. Le front anti-troisième mandant accuse également les autorités guinéennes d’avoir volontairement propagé le coronavirus dans les principales prisons du pays dans le seul but, dit-il, d’éliminer des citoyens opposés au coup d’Etat constitutionnel. Ci-dessous l’intégralité du communiqué du FNDC…


Le Ministère de la Sécurité s’est fendu d’un communiqué dans lequel il prétend se préoccuper de la situation alarmante causée par la COVID-19 dans notre pays.

Le FNDC trouve que cette attitude du Gouvernement guinéen est absurde et ridicule quand on sait que la crise sanitaire que nous peinons à endiguer a été provoquée et entretenue par le Gouvernement afin de servir d’instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat en Guinée.

Ce communiqué est la preuve de l’incohérence et de l’irresponsabilité notoire du Gouvernement qui se sert du covid-19 pour tenter de nous imposer un coup d’Etat constitutionnel et de neutraliser le FNDC avant l’annonce de la candidature de M. Alpha Condé pour un troisième mandat illégal.

A lire  GUINEE: la CENI annonce avoir appliqué les recommandations de la CEDEAO

Malgré la suspension des manifestations du FNDC pour cause de Covid-19, les nombreuses dénonciations et interpellations de la communauté nationale et internationale, des organisations de défense des droits de l’Homme, le Gouvernement continue de profiter de cette pandémie pour tuer, kidnapper et emprisonner des leaders et militants du FNDC.

Aujourd’hui plus de 200 militants et sympathisants du FNDC sont illégalement emprisonnés au mépris de toute considération sanitaire et humanitaire. Pire, le Gouvernement a volontairement propagé le coronavirus dans les principales prisons du pays dans le seul but d’éliminer des citoyens opposés au coup d’Etat constitutionnel.

Le Gouvernement irresponsable et sanguinaire de M. Alpha Condé a violé toutes les mesures d’urgence sanitaire et de distanciation sociale au nom desquelles il a sauvagement tué des citoyens à Coyah, Dubreka et Kamsar pour instaurer la terreur avant la fin de la pandémie.

Le FNDC réitère son appel à se préparer à la reprise des manifestations dès après la fête de Ramadan  pour exiger la libération de tous nos militants kidnappés et volontaires exposés à la contamination au Covid-19 dans les prisons.

Ensemble Unis et Solidaires, nous vaincrons.

Conakry, le 22 mai 2020