DÉCÈS DE MORY KANTÉ : Jean-Baptiste Williams se souvient du « griot électrique »

L’auteur du célèbre tube Yèkè yèkè sorti en 1988, Mory Kanté, est décédé ce vendredi 22 mai 2020, à l’hôpital sino-guinéen à Conakry à l’age de 70 ans. Selon nos sources, la star a rendu l’âme des suites de maladies chroniques. L’annonce de sa disparition a créé une onde de choc tant en Guinée qu’à l’étranger…


Jean-Baptiste Williams, ancien guitariste du groupe Camayenne Sofa et actuel directeur national de la Culture, se souvient encore des moments forts de la carrière artistique du « griot électrique ». De ses premiers pas d’artiste dans le mini orchestre de Kankan qui évoluait dans la ville éponyme, située à environs 600 kilomètres à l’est de Conakry à l’envol de sa carrière musique, Jean Baptiste Williams se souvent de ces moments qui ont marqué la vie de la star guinéenne. « Mory Kanté a commencé sa carrière au sein du mini orchestre de Kankan où il n’a fait qu’une année. En 1968, ils se sont produits au Palais du peuple, avec la compagnie de Brama RDA qui est aujourd’hui en France,  Laye Kanté qui est aux Etats-Unis et Alphadjo. C’est après cette étape, qu’il a pris la destination du Mali, puis la Côte d’Ivoire avant de rallier le Togo », explique le guitariste joint au téléphone par Ledjely.com.

Jean-Baptiste Williams assure avoir découvert davantage le chanteur à l’occasion du 2ème Festival Panafricain d’Alger (PANAF) en 2009 à Riadh-El-Seth d’Alger en Algérie.  « On s’était retrouvé dans le même hôtel à Alger. Avant de se rendre au concert, il m’a dit, ‘‘mon frère, aujourd’hui, c’est le jour de Mory Kanté. Je vais m’éclater à 200%. Aujourd’hui, je ferai honneur à mon pays la Guinée, et je ferai honneur à l’Afrique’’. Lorsqu’il est monté sur scène habillé en blanc et qu’il a commencé à chanter, j’ai vu toutes les nationalités du monde se trémousser. Et surtout, quand il a entonné son morceau ‘‘Yèkè-Yèkè’’ l’ambiance était inimaginable », se souvient-il.

A lire  Les prix des produits pétroliers repartent à la hausse

Mory Kanté reste à ce jour l’un des artistes guinéens les plus célèbres de l’histoire. Jean-Baptiste Williams souligne la force de l’artiste qui lui a valu une célébrité planétaire. « Mory Kanté était un grand travailleur. Il savait jouer de la guitare traditionnelle comme la guitare moderne, il jouait du balafon, de la kora traditionnelle et électronique. C’est un monsieur qui jouait tous les moyens de percussions. Il est allé à l’école de la Kora et en devenu un grand maître. C’est aussi un artiste qui avait une voix très sublime au point que lorsqu’il chantait, il séduisait tout le monde » conclut-il.

Ibrahima Kindi BARRY