Ledjely.com
Accueil » LAURENT GBAGBO & BLE GOUDE: un retour au pays peu réaliste
A la une Actualités Afrique Politique

LAURENT GBAGBO & BLE GOUDE: un retour au pays peu réaliste

Laurent Gbagbo, l’ancien président ivoirien, et son compagnon d’infortune, Charles Blé Goudé, n’en ont toujours fini avec la Cour pénale internationale. Ils peuvent encore redouter un retour à la case départ consécutif au procès en appel que le bureau du procureur de la CPI entend tenir mordicus. Mais comparée à tout ce que les deux acolytes risquaient au départ, la perspective d’un procès qui déboucherait sur leur condamnation ne pèse pas lourd. Et elle vaut encore moins depuis ce jeudi 28 mai, avec l’assouplissement des conditions de détention de l’ancien président et de son compagnon par la chambre d’appel de la CPI. En effet, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé qui, depuis leur acquittement en janvier 2019, demeuraient à Bruxelles pour le premier et à la Haye, pour le second, sont désormais autorisés en théorie à se rendre dans chacun des 134 Etats parties au statut de Rome. Ce n’est donc pas rien. Mais pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, toute cette liberté ne vaut pas grand-chose si elle ne donne pas droit au billet retour pour la Côte d’Ivoire. Or, c’est là une autre paire de manche.

En principe, l’ancien président et son ex-ministre de la Jeunesse peuvent bien sûr revenir en Côte d’Ivoire. D’autant qu’ils y sont attendus avec impatience par leurs nombreux partisans. Mais entre le désir et la réalisation, il y a Alassane Ouattara et la justice ivoirienne.  Déjà, tous les deux sont condamnés à 20 ans de prison. Le premier pour le braquage de la Banque BCEAO, et le second pour les violences post-électorales de 2010-2011. Il s’en suit que leur retour devra être négocié et accepté au préalable. Celui-ci pourrait notamment se réaliser dans le cadre d’une opération de réconciliation nationale. Mais il n’est pas sûr que Gbagbo et Blé Goudé puissent accepter les conditions qui pourraient leur être soumises.

On peut en effet estimer que l’actuel président ivoirien, pour consentir à laisser revenir ses deux rivaux politiques, exigera d’eux quelques sacrifices. Et vu la situation politique qui prévaut sur place et le calendrier électoral en perspective, il sollicitera surement d’eux qu’ils ne viennent pas grossir la coalition que devra affronter son poulain en octobre prochain, à l’occasion de la présidentielle. Déjà aux prises avec le trublion Guillaume Soro ainsi qu’avec Bédié, le sphinx de Daoukro, Alassane Ouattara ne souhaite certainement pas que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé viennent s’ajouter à cette paire-là. Surtout qu’il doit se demander si, en Gon Coulibaly, il n’a pas misé sur un cheval défaillant.

Aussi, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé peuvent continuer à savoir la liberté à eux accordée à dose homéopathique. Pour ce qui est de leur retour à Abidjan ou encore du rêve qu’ils pourraient entretenir de jouer un rôle lors des prochaines électorales, ce n’est pas gagné. Encore qu’ils pourront toujours intervenir à distance. Après tout, le télétravail est aujourd’hui en vogue !

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

CRISE POST-ÉLECTORALE : affrontements et pillages à Conakry et dans certaines villes guinéennes

LEDJELY.COM

La Guinée n’est pas encore une société de droit

LEDJELY.COM

Me MORY DOUMBOUYA : « aucune velléité de déstabilisation du pays ne sera tolérée »

LEDJELY.COM

Après la présidentielle, Conakry sombre dans la violence !

LEDJELY.COM

SCRUTIN DU 18 OCTOBRE : ce que l’INIDH recommande à la CENI, à la population, aux partis politiques et aux candidats

LEDJELY.COM

L’Afrique de l’ouest en feu, la CEDEAO atone

LEDJELY.COM
Chargement....