A la une Actualités Basse Guinée Politique Societé

BENTOURAYAH : des soupçons de détournement de fonds empoisonnent la construction de la maison des jeunes

Le retard dans la construction de la maison des jeunes du district de Bentourayah, sur fond de sérieux soupçons de détournement de fonds publics, défraie la chronique dans cette localité relevant de la commune rurale de Maneah, préfecture de Coyah. L’affaire oppose la jeunesse de Bentourayah à l’ancien président du Conseil de district d’une part et à son successeur d’autre part. Les jeunes de Bentourayah accusent ces les deux de détournement de 30 millions de francs guinéens qui étaient destinés au financement des travaux.

Des accusations rejetées en bloc par Mohamed Aziz Bangoura, l’actuel président du Conseil de district, qui lance un défi à quiconque pouvant apporter des preuves de son implication dans cette affaire de détournement.

Un projet financé par des hommes d’affaires guinéens

Pour la petite histoire, les travaux de construction de cette maison de jeunes d’une capacité de plus de 500 places ont débuté en 2008, avec le financement d’une société d’exploitation de granites, qui appartenait à l’homme d’affaires guinéen Diallo Sadakadji. C’était dans le cadre d’une convention signée avec la jeunesse de Bentourayah. Mais les travaux ne se sont jamais achevés puisque, quelques années après, la société a fermé ses portes.

Le projet a été repris par l”homme d’affaires devenu leader politique, Mamadou Sylla, propriétaire d’un domaine de plusieurs hectares dans le district, quand les responsables des jeunes ont sollicité son aide pour l’achèvement des travaux. Mais le chantier connaîtra un nouvel arrêt, en dépit des 30 millions offerts par l’opérateur économique par ailleurs président de l’Union démocratique de Guinée (UDG).

Détournement de 30 millions par l’ancien président du Conseil de district

Selon les responsables de la jeunesse, les 30 millions de francs guinéens offerts par Mamadou Sylla ont été détournés par Abdoulaye Zanki Camara, le président du Conseil de district au moment des faits. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il avait été suspendu de ses fonctions — son retour aux affaires conditionné au remboursement du montant détourné — et remplacé par celui qui était alors son adjoint, Mohamed Aziz Bangoura. « Quand on a porté plainte contre Abdoulaye Zanki Camara à la commune, c’est son vice-président Mohamed Aziz Bangoura qui est venu comme intérimaire avec l’accord des jeunes. Il était prévu qu’il fasse la lumière sur le montant détourné parce qu’il était le mieux placé au niveau de l’administration. Dès après son installation, un montant de 19 millions de francs guinéens a été remboursé et l’argent déposé dans les mains du maire », a expliqué le porte-parole des jeunes.

Sauf que Mohamed Aziz Bangoura n’aurait pas accompli sa mission. Pire, il aurait tenté d’étouffer l’affaire en refusant de réclamer les 19 millions rendus et déposés auprès de la commune. L’actuel Conseil de district justifierait cette attitude par crainte de représailles de la part des autorités communales qui sont ses chefs hiérarchiques. « Les jeunes du district qui réclament le remboursement de l’argent ont établi la liste des personnes impliquées dans cette affaire de détournement sur laquelle figure le nom de Mohamed Aziz Bangoura. Maintenant, il refuse que la liste soit déposée car il dit qu’il ne peut pas déposer une liste où figure son nom », a indiqué M. Sacko, le porte-parole des jeunes.

M. Sacko, le porte-parole de la jeunesse de Bentourayah. Crédit photo : Balla Yombouno / Ledjely.com

D’après les informations recueillies auprès des leaders de la jeunesse de Bentourayah, ils ont demandé Mohamed Aziz Bangoura de laisser aux jeunes le droit de gestion du projet de construction pour, disent-ils, veiller au bon déroulement des travaux et ainsi pouvoir faire face eux-mêmes à certains problèmes de leur district. « Mais il a refusé. Au même moment, il s’est tapé une belle villa de trois chambres et un salon. Nous avons appris qu’il a reçu de la part de la commune 15 des 19 millions remboursés par l’ancien président du district. Il devait investir cet argent dans la construction de la maison des jeunes, mais il ne l’a pas fait », a-t-il ajouté.

Accusations rejetées en bloc

Rencontré dans son bureau, Mohamed Aziz Bangoura a rejeté en bloc les accusations portées contre lui. « D’abord, je tiens à préciser que personne d’entre eux ne m’a nommé à un poste. Moi, j’ai été nommé en décembre 2007 comme le vice-président du Conseil de district de Bentourayah. Après le détournement des 30 millions alloués par Mamadou Sylla et que le président d’alors a été suspendu, automatiquement en tant que vice-président je l’ai remplacé. Ce n’est pas l’œuvre de quelqu’un, c’est la continuité de l’administration. Ensuite, par rapport à cette affaire de détournement, je ne suis pour rien ; même la couleur de cet argent, je n’ai pas vu. Les 30 millions ont été donnés à l’ancien chef de district et à ses proches qui se sont répartis l’argent. Et enfin, quand le montant leur a été réclamé, ils ont commencé à rembourser au compte-gouttes au niveau de la commune. À chaque versement, ils recevaient des reçus », s’est-il justifié, assurant n’être ni de près ni de loin impliqué dans cette affaire de détournement.

Mohamed Aziz Bangoura, l’actuel président du Conseil de district de Bentourayah. Crédit photo : Balla Yombouno / Ledjely.com

Plus loin, Mohamed Aziz Bangoura lance un défi a ses détracteurs. « Qu’ils montrent la preuve que j’ai reçu l’argent de la part de la commune pour l’achèvement des travaux de la maison des jeunes. Ni le maire, ni le vice-maire ne m’ont donné un franc… Je ne sais pas qu’est-ce qu’on me reproche dans la gestion de cet argent. Si le maire m’a donné un montant qu’il le dise ou que quelqu’un montre un seul document comme quoi un franc a été payé même devant moi ou un reçu où j’ai signé comme témoin. Je n’étais pas présent au moment où Mamadou Sylla donnait l’argent, je n’étais pas présent pendant son détournement », a-t-il assuré. Selon lui, ce sont des « personnes malintentionnées qui comptaient sur cet argent pour nourrir leurs familles qui sont derrière ces accusations ». Et de promettre : « S’il y a une preuve de mon implication, je démissionnerai ».

L’option ANAFIC

En attendant, Mohamed Aziz Bangoura assure qu’il va se battre pour que le projet de construction de la maison de jeunes soit intégré dans les actions de l’Agence nationale de financement des collectivités locales (ANAFIC). « Mon souci c’est comment mettre la maison des jeunes de Bentourayah dans le projet ANAFIC qui est seul capable d’achever ce chantier nécessitant un investissement de plus de 500 millions . Eh bien, je sais qu’on peut facilement s’en sortir s’il est logé dans le projet ANAFIC », a-t-il conclu.

Balla Yombouno, de retour de Bentourayah pour Ledjely.com

Articles Similaires

HAUSSE DU PRIX DU CARBURANT : la CNTG-USTG exige la présence du patronat aux négociations

LEDJELY.COM

KALOUM : Ibrahima Docta, le maire en devenir

LEDJELY.COM

DÉCRET : le président Alpha Condé nomme le remplaçant d’Aziz Diop à la tête de la préfecture de Kankan

LEDJELY.COM