Ledjely.com
Home » KANKAN : des conducteurs de taximotos mécontents de leurs syndicats
A la une Actualités Haute Guinée Societé Transport

KANKAN : des conducteurs de taximotos mécontents de leurs syndicats

Les syndicats des conducteurs de taximotos de la commune urbaine de Kankan ont annoncé il y a un peu plus d’un mois de nouvelles mesures visant à réglementer ce secteur tant convoité par les jeunes de la ville. Parmi ces mesures, figurent en bonne place le port obligatoire des badges d’identification et le paiement mensuel des taxes en lieu et place des taxes journalières. Problème, la deuxième mesure a du mal à passer chez les conducteurs de taximotos rencontrés ce samedi par le correspondant du Djely basé dans la région.

Sur initiative des autorités communales, les responsables des sept centrales syndicales des conducteurs de taximotos de Kankan ont décidé d’apporter des innovations dans ce secteur qui fait l’objet d’une convoitise assez forte chaque jour dans le Nabaya. Plus quarante-heures ne passent sans qu’un jeune diplômé ou pas ou un père de famille ne vienne manifester le désir de conduire une moto afin de subvenir aux besoins fondamentaux de sa famille. Avec ce nombre grandissant et pour une traçabilité des fonds versés par les taximotards, des badges et billets mensuels des conducteurs ont été mis en place. Mais seulement voilà, la décision  fait assez de mécontents chez les taximotards qui y voient une arnaque de la part de leurs chefs.

Djiba Keita, trouvé auprès de l’Université de Kankan explique : « Cette mesure ne nous arrange pas. Pire, nos chefs ne respectent pas aussi les promesses tenues. Par exemple, ils ont dit que si tu paies la somme ils interviendront en cas de problème, mais ce n’est pas le cas car j’ai été personnellement arrêté par les policiers, je les ai appelés mais ils m’ont tellement roulé que j’ai décidé d’arranger moi-même avec les agents de sécurité », a-t-il raconté.

Albert Kpoghomou, sociologue et conducteur de taximoto, trouve lui que les taxes journalières arrangent mieux. « Il y a beaucoup de conducteurs actuellement et les clients sont de plus en plus rares. Payer d’un seul coup cette somme me dérange, je souhaite que nos responsables revoient leur méthode », a-t-il plaidé.

Chef d’une ligne dans ville, un autre conducteur de taximoto qui a préféré garder l’anonymat dit comprendre l’idée des chefs mais pense que les bonnes décisions ne doivent pas être prises de façon hâtive. « Elles doivent faire l’objet de consensus et donc on devrait sensibiliser tout le monde », a estimé le jeune homme.

Au niveau des responsables syndicaux, l’heure n’est plus à la récréation mais plutôt à la pratique. C’est en tout cas ce que nous a confié Aboubacar Souaré, vice-président de l’Union des transporteurs de taximotos de Kankan. « Cette stratégie va aider beaucoup les conducteurs de taximotos. Avant chacun payait 1 000 francs guinéens chaque jour, soit 26 000 francs le mois extirpés les quatre dimanches. Mais désormais, c’est 15 000 francs guinéens que chacun va payer le mois. On a sensibilisé et beaucoup ont compris. Les récalcitrants verront les chefs sur leur chemin », menace ce leader syndical.

Michel Yaradouno, Kankan pour Lejely.com

Articles Similaires

Le président Alpha Condé instruit Bourema Condé la mise en place des Conseils de quartier et des Conseils de district

LEDJELY.COM

SLECG : Aboubacar Soumah justifie l’exclusion de Tounkara et Cie

LEDJELY.COM

Le FNDC promet de ne reconnaître “ni la constitution, ni les institutions issues de la mascarade électorale”

LEDJELY.COM

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Privacy & Cookies Policy
velit, sed Praesent ultricies porta. at