Ledjely.com

Accueil » SOS Villages d’enfants en Guinée organise une visioconférence sur la situation des enfants vulnérables en période de COVID-19
A la une Actualités Société

SOS Villages d’enfants en Guinée organise une visioconférence sur la situation des enfants vulnérables en période de COVID-19

Exposer la situation des enfants privés de prise en charge parentale ou risquant de la perdre en cette période de crise sanitaire liée au nouveau coronavirus a été l’objectif d’un point de presse animé ce mardi 23 juin 2020 via une visioconférence par le directeur national de l’ONG SOS Villages d’enfants en Guinée. Avec pour thème “l’impact de la COVID-19 sur la situation des droits des enfants en Guinée”, cette activité s’inscrit dans le cadre de la célébration du mois de l’enfant et celle de la journée internationale des villages d’enfants SOS.

Selon Richard Watchinou, le directeur national de l’ONG SOS Villages d’enfants en Guinée, bien que les mesures prises par les autorités à divers niveaux pour freiner la propagation de l’épidémie aient prouvé leurs effets positifs, elles ne sont pas restées sans affecter négativement la vie socio-économique, surtout dans un contexte où la pauvreté touche plus de 60% de la population guinéenne.

« Les femmes et les filles constituent le socle de l’économie domestique qui fait vivre la majorité des familles guinéennes, au moment où les hommes sont confrontés à un chômage chronique. Elles sont les premières couches sociales de la population à être impactées par les effets de la pandémie de COVID-19 dans le pays, alors que la plupart des jeunes sont en situation de chômage ou de sous-emploi. Les pertes d’emplois et de revenus, ainsi que l’insécurité économique ont frappé les familles déjà pauvres. Ce qui a engendré une recrudescence des cas de violence, d’abus, d’exploitation et de négligence sur les enfants, avec pour manifestations : l’exploitation économique des enfants, les abus sexuels, les grossesses d’adolescentes et le mariage d’enfants. Les contraintes que subissent les familles vulnérables, surtout celles qui vivent en quarantaine ou confinées, augmentent la prévalence des violences basées sur le genre surtout les violences domestiques. Alors qu’augmente le nombre de décès dus au COVID-19, un grand nombre d’enfants se retrouveront orphelins et vulnérables face à l’exploitation et aux abus sous diverses formes. Cette situation est encore plus aggravée quand il s’agit des enfants privés de prise en charge parentale adéquate ou risquant d’en être privés. Pendant ce temps, plus de 2,5 millions d’élèves et étudiants ne vont plus à l’école dans le pays depuis le mois de mars 2020. Ce contexte compromet sérieusement le développement cognitif et psychologique des enfants. Ce qui constitue une entrave majeure à la réalisation du droit à l’éducation des enfants, particulièrement ceux ne bénéficiant pas des soins parentaux appropriés. Aujourd’hui, à la faveur du mois de l’Enfant guinéen, il est important de mettre à la connaissance des autorités et des différents obligataires dans cette situation difficile que les enfants vivent pendant cette période de pandémie de COVID-19 », a-t-il expliqué.

Plus loin dans son intervention, M. Watchinou a souligné : « SOS Villages d’Enfants Guinée, se joint à l’Union africaine en exhortant les gouvernants et les différents détenteurs d’obligation à œuvrer à “l’accès à une justice adaptée pour les enfants en Afrique” qui devrait passer entre autres par :

  1. La prise de conscience des parents en ce qui concerne leur responsabilité vis-à-vis des enfants ;
  2. La mise en place des cadres législatifs et réglementaires qui font l’obligation aux parents d’assurer en toute responsabilité les compétences parentales en faveur de leurs enfants ;
  3. L’application effective des lois relatives à l’exercice des compétences parentales par les parents ;
  4. La mise en place de solutions individualisées et adaptées aux besoins des enfants en particulier, les enfants privés d’une prise en charge parentale adéquate ou courant le risque de la perdre ;
  5. La mise en place des mécanismes de prévention contre les mauvais placements des enfants dans les centres d’accueil, les orphelinats et autres.

SOS Villages d’Enfants Guinée se joint également aux autres partenaires œuvrant dans la promotion et la protection des droits des enfants pour non seulement exposer les problèmes, mais aussi mettre chaque détenteur d’obligation devant sa responsabilité, tout en proposant notre expertise pour accompagner dans les domaines de la prise en charge du replacement et du renforcement de la famille. »

A rappeler que le 23 juin est la date d’anniversaire du fondateur des Villages d’enfant SOS, docteur Hermann Gmeiner. Cette date est donc depuis lors dédiée à la journée internationale des Villages d’enfants dans 136 pays du monde où l’organisation est présente.

Mariama Ciré Diallo

Articles Similaires

COUP D’ETAT : la Francophonie aussi suspend la Guinée

LEDJELY.COM

Guinée : Voici ce que les personnes vivant avec le handicap attendent du CNRD

Ledjely.com

URGENT : la CEDEAO prononce des sanctions ciblées contre les membres du CNRD

LEDJELY.COM

GUINEE: les autorités sanitaires déclarent la fin de la fièvre Marburg

Ledjely.com

Contenu local, respect des normes environnementales, transformation des matières,… Les exigences de Mamady Doumbouya à l’égard du secteur minier

LEDJELY.COM

Des projets miniers sont-ils menacés ? Le président de la chambre des Mines répond

LEDJELY.COM
Chargement....