Actualités Publireportage

Stop COVID-19 en 60 jours : les autorités sur le terrain pour expliquer et impliquer les élus locaux

Après avoir lancé la nouvelle stratégie communautaire « stop COVID-19 en 60 jours », les autorités sanitaires et les partenaires au développement sont allés à la rencontre des autorités à la base pour leur expliquer son contenu. 

Expliquer aux élus locaux, les maires et les chefs de quartiers de la ville de Conakry, le contenu de la nouvelle stratégie communautaire « Stop COVID-19 en 60 jours, mobilisons-nous » et demander leur implication effective pour la réussite de sa mise en œuvre, tel a été l’objectif principal de la tournée de 3 jours des délégations de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), du Ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation et de l’UNICEF, leader dans la mobilisation communautaire. Cette tournée dans les 5 communes de la ville de Conakry, les a successivement conduites de la commune de Matoto, de Ratoma, puis de celle de Dixinn, de Matam, pour terminer dans la commune de Kaloum.

A la commune de Matoto, après les souhaits de bienvenue des autorités communales, Dr Bouna Yattassaye, Directeur général adjoint de l’ANSS  expliquera le contenu de la stratégie « Cette stratégie visant à stopper en 60 jours la progression de cette pandémie dans notre pays ne peut se faire sans vous. Elle consistera à l’identification des familles suspectes ou infectées qui seront confinées pour une durée de 14 jours durant lesquels un sac de riz leur sera offert avec une somme de 840 000 GNF, soit 60 000 GNF/jour comme assistance pour leur permettre de passer ce temps de confinement. Par contre, des personnes ayant des antécédents pathologiques graves seront amenées au centre de traitement dans un bus prédisposé à cet effet pour un suivi rapproché. Mais la réussite de cette approche requiert votre implication puisque c’est vous, chefs de quartiers qui connaissez vos ménages ».

@Saa Momory KOUNDOUNO
Dr Bouna Yattassaye, Directeur général adjoint de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) en train d’expliquer le contenu de la stratégie aux responsables à la base.

Cette approche est soutenue par les partenaires techniques et financiers qui parient que sans l’implication effective des communautés, cette stratégie ne pourra hélas atteindre les résultats escomptés « Arrêter la transmission est essentiel, car elle est maintenant communautaire. Il faut qu’on se mobilise pour l’arrêter. Si l’on n’arrête pas la transmission au niveau de la communauté, croyez-moi, dans un an, 2 ans, 3 ans, les cas vont toujours venir à la clinique. Mais comme l’a expliqué le DGA de l’ANSS, si on confine les familles suspectes avec tout le support qui va avec, je suis convaincu que dans 60 jours, c’est possible d’arrêter cette transmission. On l’a vu au temps d’Ebola avec une pareille stratégie qui avait beaucoup aidé. Donc ce n’est pas impossible, mais ça sera impossible si les chefs de quartiers, les maires, les préfets et gouverneurs ne sont pas impliqués », dira Dr Pierre NGOM, Représentant de l’UNICEF en Guinée intervenant au nom des partenaires techniques et financiers.

Saa Momory KOUNDOUNO
Dr Pierre Ngom, Représentant Résident de l’UNICEF et porte-parole des partenaires techniques et financiers en train de s’adresser aux élus locaux

C’est pourquoi le Chef de cabinet du gouvernorat de la ville de Conakry n’a eu de cesse de rappeler la place des chefs de quartiers et l’important rôle qu’ils ont joué pour bouter hors du pays, l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Koïdouze Toupou les a ainsi appelés à la même implication pour venir à bout de cette pandémie. « Vous les chefs de quartiers, vous êtes très importants au regard de votre dynamisme d’antan quand il s’est agi de la lutte contre Ebola. Dans la lutte contre la COVID-19, il faut votre implication individuelle et collective effective, car c’est chez vous que vivent les communautés, c’est vous qui les connaissez ».

Saa Momory KOUNDOUNO
Koïdouze Toupou, Chef de cabinet du gouvernorat de la ville de Conakry appelant les élus locaux à l’implication effective dans la mise en oeuvre de cette nouvelle stratégie

De Matoto à Ratoma en passant par Dixinn et Matam jusqu’à Kaloum, le message véhiculé a été le même.

Ces différentes interventions ont été soutenues par des questions-réponses pour plus d’éclaircissements. Les chefs de quartiers des 5 communes se sont réjouis du fait qu’ils soient sollicités dans cette riposte pour briser la chaîne de la transmission communautaire. « Comme on le dit, la lutte contre cette pandémie est une lutte commune qui part des responsables jusqu’au dernier citoyen parce que n’importe qui peut la contracter. Et donc à l’issue des échanges, nous à Matam, précisément mon quartier Madina-Mosquée, nous disons que nous sommes prêts à nous impliquer pour finir avec ce maudit virus qui a obligé le monde entier à fermer les lieux de culte. En plus, il faut finir avec pour nous débarrasser de ce port de masque au quotidien qui est difficile à supporter. Nous sommes vraiment des soldats prêts, ne serait-ce que pour rompre avec cette maladie », a promis Mohamed Camara, Chef de quartier de Madina-Mosquée, Coordinateur des Chefs de quartiers de la commune de Matam. Pour permettre à ces chefs de quartiers de mener à bien cette mission, des moyens appropriés seront mis à leur disposition.

Saa Momory KOUNDOUNO
Mohamed Camara, Chef de quartier de Madina-Mosquée, Coordinateur des Chefs de quartiers de la commune de Matam

A date, 270 ménages suspects ont été identifiés dans la commune de Matoto, 121 à Ratoma, 63 à Dixinn, 64 à Matam et 16 à Kaloum.

Lors de la clôture dans la commune de Kaloum de ces 3 jours de tournée, le Général Bouréma Condé, Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, qui a présidé cette cérémonie, n’a pas tari d’éloges à l’endroit de l’UNICEF qui est en train de poser d’après lui, des actes dans la plus grande sobriété pour le peuple de Guinée :  « Vous me permettrez de dire un grand merci à l’UNICEF à travers son Représentant Pierre Ngom pour cet accompagnement de qualité dans la dignité et le respect, car la manière de donner est très importante, lorsque l’on donne un sac de riz à quelqu’un si ce n’est pas fait dans la dignité, l’intéressé peut dire qu’il préfère mourir de faim quand l’on connaît les populations de l’Afrique de l’Ouest ».
Le Général Bouréma Condé appellera les élus locaux et les administrateurs locaux à une implication marquée pour la réussite de cette stratégie : « Je voudrais donc appeler les chefs de quartiers, l’ensemble des administrateurs territoriaux, à consacrer du temps à la mise en œuvre et à la réussite de cette stratégie. Mais de quelle implication s’agit-il ? Il ne s’agit pas de l’implication de l’observateur impotent et inactif, il s’agit d’une véritable démarche dynamique du porte-à-porte. N’ayez pas peur d’être dans les familles, car certaines familles cachent les malades et pendant ce temps, la contamination continue son expansion ».

Saa Momory KOUNDOUNO
Gl Bouréma Condé, Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation lors de la clôture des 3 jours tournée

Visiblement, avec l’engagement pris par les élus locaux de s’impliquer dans la mise en œuvre de cette stratégie communautaire, l’espoir de maîtriser la propagation de ce virus en 2 mois semble permis.

Saa Momory Koundouno, Unicef Guinée

Articles Similaires

GOUVERNEMENT : quand Cheick Sako encense Gassama Diaby

LEDJELY.COM

MOIS DE L’ENFANCE : le département échange avec des médias

LEDJELY.COM

N’ZEREKORE : une conférence sur les ‘’violences en milieu scolaire’’

LEDJELY.COM
et, neque. mattis non leo. quis, libero ut facilisis suscipit Praesent consectetur