Ledjely.com
Accueil » KOUROUSSA : les directeurs chargés de cours dans les rues
A la une Actualités Education Haute-Guinée Societé

KOUROUSSA : les directeurs chargés de cours dans les rues

Dans l’optique d’essoufler la grève du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) au mois de janvier dernier, le gouvernement avait annoncé plusieurs mesures d’accompagnement envers les enseignants n’ayant pas suivi le mot d’ordre de grève. Aujourd’hui, cette “récompense” crée des problèmes dans certaines villes du pays. C’est le cas à Kouroussa, en Haute-Guinée, où les directeurs et les principaux chargé des cours ont investi les rues de la commune urbaine jusqu’au siège de la Direction préfectorale de l’éducation (DPE) pour protester contre le non-paiement des arriérés de primes d’incitation allant de janvier à juin, rapporte le correspondant du Djely dans la région.

Joint au téléphone, Siaka Kourouma, le porte-parole des manifestants revient sur la cause de leur colère. “Nous sommes les directeurs et principaux chargés des cours dans nos écoles. La procédure avait exclu ceux qui ne dispensent pas de cours. Or, nous avons les classes au même titre que les enseignants. De janvier à maintenant, nous n’avons rien reçu. Mais cette fois-ci, nous n’irons pas sans avoir obtenu satisfaction”, a-t-il promis.

Continuant, M. Kourouma s’est dit déçu de la suite donnée à leur revendication. “Depuis plusieurs mois, on nous fait des promesses qui n’ont jamais été tenues. Le directeur préfectoral de l’éducation nous a dit que le ministère a indiqué qu’il n’y avait aucune suite qui avait été donnénotre revendication d’abord”.

Leur action de protestation a-t-elle eu de répercussion sur la reprise des cours ce lundi 29 juin dans les écoles de Kouroussa, après plus de trois mois d’arrêt à cause de la sanitaire du COVID-19 ? Siaka Kourouma répond par l’affirmatif. “Nous sommes 88 au total. Il n’y a pas eu de cours dans aucune école des douze sous-préfectures relevant de Kouroussa ce 29 juin ; et tant que nous ne sommes pas satisfaits, il n’y aura pas de cours”.

Le directeur préfectoral de l’éducation de Kouroussa, Mamadi Condé, que nous avons joint au téléphone a indiqué que lors du passage d’une équipe du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, ils s’étaient présentés comme des directeurs d’écoles. C’est pourquoi ils n’ont pas été pris en compte. Et quand ils ont commencé à réclamer le paiement de leurs primes, des démarches ont été entreprises en vue de leur prise en compte. Sans succès pour le moment. 

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com

Articles Similaires

#NABAYAGATE : le Parquet de Conakry ouvre une enquête judiciaire

LEDJELY.COM

PRÉSUMÉS DETOURNEMENTS DE PLUS DE 200 MILLIARDS : la jeunesse du RPG/Arc-en-ciel se désolidarise du gouvernement de Kassory Fofana

LEDJELY.COM

COVID-19 : les planteurs d’anacarde ressentent l’impact de la pandémie sur leur activité

LEDJELY.COM

TENTATIVE D’ARNAQUE : il simule la mort de son fils dans un accident pour tenter d’empocher près de 4 millions de francs guinéens

LEDJELY.COM

PRESUMÉ DÉTOURNEMENT : « Il est impératif que la justice ouvre une enquête sérieuse », exige la PCUD

LEDJELY.COM

ETHIOPIE : des centaines de morts lors d’un massacre au Tigré

LEDJELY.COM
Chargement....