A la une Actualités Basse Guinée Enseignement supérieur

REPRISE DES COURS : notre constat à l’ISIC de Kountia

Comme annoncé par les ministères en charge de l’éducation, les cours ont repris ce lundi 29 juin 2020 dans les établissements scolaires et d’enseignement supérieur et techniques qui ont reçu des kits sanitaires pour la protection contre le COVID-19. Pour évaluer leur effectivité, un reporter du Djely s’est rendu à l’Institut supérieur de l’information et de la communication (ISIC) de Kountia, qui relève de la préfecture de Coyah.

À l’entrée de l’institut, étudiants, encadreurs et visiteurs sont invités au respect des gestes barrières ; en premier lieu le port obligatoire des masques, ensuite le lavage des mains et enfin la prise de température.

Dans les salles de classe la distanciation sociale est respectée. Par exemple dans la salle polyvalente où un professeur dispensait son cours, sur les dix-huit tables bancs disponibles seules sept étaient occupées par les étudiants qui portaient chacun son masque, de même que l’enseignant.

Dans l’amphithéâtre où les étudiants s’asseyaient trois à quatre par table banc, ils sont désormais à deux à cause de la pandémie. Et en ce premier jour de la reprise des cours, sur une vingtaine de table bancs dans la salle seuls huit étudiants y étaient admis.

Selon la directrice générale de l’ISIC, la Pr Djenab Barry, des réunions ont été organisées pour que la reprise se fasse dans les bonnes conditions. “Les consignes ont été données. Il n’y a rien à inventer, c’est le respect des mesures barrières dans les établissements. Et chez nous à l’ISIC, on a désigné un comité qui est chargé du contrôle strict de ces mesures sanitaires.  Déjà dans les salles de classes, ces mesures sont respectées et seuls les étudiants de la 4e année sont concernés par cette réouverture“.

Parlant des kits sanitaires reçus par l’institut, la directrice générale explique : “Nous avons effectivement reçu des kits sanitaires de la part du département qui nous a envoyé des thermos flashs qu’on a distribués à tous les niveaux. Ici c’est un étudiant, un masque. Pour la dernière paie des étudiants, on a pris des dispositions et chaque étudiant a reçu son masque”.

Sur la question de savoir si un étudiant présentait les symptômes du COVID-19 quelles seront les dispositions qui seront prises par son institut, elle répond : “Si on a une alerte d’un cas suspect de coronavirus, une température élevée d’un étudiant, la personne sera référée vers les structures compétentes en la matière et des dispositions seront immédiatement prises. Je pense que l’Agence nationale de sécurité sanitaire est là pour ça et on va lui signaler le cas pour prendre les dispositions qui s’imposent. Je ne souhaite pas que ça arrive, mais au cas où cela arrivait, on alerte l’ANSS. En attendant, nous notre responsabilité, c’est de faire respecter les mesures barrières“.

Malgré cette réouverture des classes pour les étudiants en fin de cycle, un retard pourrait être constaté dans l’achèvement des programmes. “Nous avons fait notre conseil et la direction  générale adjoint chargée des études a déjà pris des dispositions. Au niveau de la recherche aussi,  on a déjà pris des dispositions. Les enseignants sont programmés de telle sorte qu’il n’y ait pas beaucoup d’enseignants en même temps. Chaque enseignant est programmé dans un temps requis pour qu’il puisse avoir les étudiants et je pense que  ces mêmes dispositions ont été prises afin qu’on s’achemine au moins vers l’achèvement des cours qui étaient prévus à cet effet et qu’on puisse faire les évaluations finales”, a-t-elle expliqué.

Malgré les dispositions prises par la direction pour le respect des gestes barrières, certains étudiants disent ne pas être totalement satisfaits. Interrogé, un étudiant en 4e année communication explique : “Pour l’instant on n’est pas vraiment satisfait à 100% puisque ce matin on devrait avoir de nouveaux masques, histoire de continuer à se protéger. Car on ne sait pas d’où sont  venus les professeurs. On a aussi assez d’amis dans la salle et on ne sait pas d’où ils viennent. Et d’ailleurs, ici l’eau avec laquelle on lave nos mains n’est pas mélangée avec du chlore. Tout cela constitue des risques“, a-t-il assuré.

Si avant la pandémie, la réouverture des classes ou les retours de congés étaient des moments de retrouvailles avec joie qui se manifestaient par des accolades voire des bises, cette fois-ci le COVID-19 est venu avec ses propres règles. “À cause de la situation dans laquelle notre pays se  retrouve,  on est obligés de respecter les gestes barrières. Et ce matin, on s’est salués avec des poignées de mains de type big up”, a souligné un autre étudiant.

Balla Yombouno

Articles Similaires

N’ZEREKORE : Kassory fait consensus

LEDJELY.COM

AQUARIUS : reflet de solutions inadaptées

LEDJELY.COM

EXPLOITATION DE SIMANDOU : la SMB et l’Etat guinéen signent la convention de base

LEDJELY.COM