A la une Actualités Mines

Le ministère des Mines échange avec son partenaire Chalco sur les études de faisabilité d’une usine d’alumine

En vidéoconférence ce mardi 30 juin 2020, le secrétaire général du ministère des Mines et de la Géologie a échangé avec l’entreprise chinoise Chalco sur les études de faisabilité d’une raffinerie. Cette société s’est engagée dans le cadre de la convention qu’elle a signée avec le gouvernement guinéen en 2018 à réaliser dans une seconde phase du projet d’usine d’alumine.

Selon Sadou Nimaga, aujourd’hui c’est une étape majeure de ce projet qui est franchie. “C’est la présentation des études de faisabilité de ce projet. Puisque nous nous sommes inscrits dans le cadre de la mise en oeuvre de la vision politique qui a été définie dont nous sommes en train de dérouler ici au ministère des Mines. La mise en oeuvre de ce projet évolue progressivement et nous sommes contents qu’une étude solide soit présentée et aujourd’hui le ministère de l’environnement recevra l’étude d’impact environnemental qui est déjà finalisée. C’est une étude qui porte sur un projet d’une usine d’alumine, c’est-à-dire c’est la transformation de la bauxite en alumine en produit semi-fini”, a-t-il expliqué.

Pour le secrétaire général du ministère des Mines de la Géologie, “l’usine d’alumine, le produit transformé en semi-fini, c’est l’étape difficile dans la filière de la bauxite en alumine-aluminium. Lorsqu’on réussit à réaliser une usine d’alumine, la phase finale c’est seulement le besoin d’énergie qui fait différence. Donc, nous avons un projet de deux millions de tonnes de capacité par an, c’est-à-dire un million par an. Et la capacité initiale, ça va être un million ; et ça va aller crescendo pour atteindre la capacité de deux millions de tonnes par an. Nous avons un coût total d’investissement d’un milliard vingt-sept millions de dollars américains. Cela va se réaliser en trente-six mois”.

Pour réaliser un projet comme ça, l’Etat doit faire des efforts. Si des concessions fiscales sont nécessaires, on le fera. En tout cas, on va proposer au gouvernement qui va le porter à l’Assemblée nationale. Déjà, nous avons une convention qui définit un certain nombre d’avantage pour le projet. Les travaux de construction commenceront dès que l’étude de faisabilité sera approuvée, dès que l’étude d’impact environnemental également sera approuvée”, a ajouté M. Nimaga.

Balla Yombouno

Articles Similaires

GUINÉE : les organisations de défense des droits humains exigent la fin de la “chasse aux opposants”

LEDJELY.COM

KANKAN : les mendiants à l’heure du COVID-19 !

LEDJELY.COM

COVID-19: le SADEN et le CJDE formulent un plaidoyer pour les Très Petites et Moyennes Entreprises

LEDJELY.COM