Ledjely.com
Accueil » Pourquoi le train Dubreka-Express n’est toujours pas mis en service?
A la une Actualités Basse-Guinée Transport

Pourquoi le train Dubreka-Express n’est toujours pas mis en service?

Il y a près d’un an, les autorités guinéennes en charge des Transports ont annoncé en grande pompe l’acquisition des wagons pour la mise en service du train Dubreka-Express. Plusieurs mois après, le projet ne s’est toujours pas matérialisé. Aucun voyageur n’a pu parcourir les 42 kilomètres à bord du train de banlieue censé faciliter la mobilité entre Conakry et cette préfecture située aux portes de la capitale guinéenne.

A l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animée ce mercredi 1er juillet 2020 sur les mesures d’accompagnement prises par son département en cette période du COVID-19, le ministre d’Etat en charge des Transports a apporté des précisions sur le retard lié à la mise en circulation du train Dubreka-Express.

« Aujourd’hui, tous les éléments sont réunis pour lancer ce train parce que nous avons tout le matériel déjà sur place. Nous avons les voitures. Les rails sont là. Mais nous avons un problème de disponibilité  de la ligne du chemin de fer qui appartient à RUSAL. Il lui a été vendu – non pas mis en concession comme la voie empruntée par Conakry-Express, la voie de la CBK (Compagnie de bauxite de Kindia, ndlr). C’est une voie qui a été vendue définitivement à RUSAL. Donc cette voie est une propriété privée. Elle lui a été cédée à vil prix  malheureusement il y a quelques années et elle lui appartient aujourd’hui. Cette société n’est pas disposée à mettre les rails à notre disposition tout de suite, alors qu’on s’était engagés tous au début du processus. Si au début on avait su qu’il n’était pas possible d’emprunter cette voie pour mettre un train de passagers là-dessus, on n’aurait pas cherché à acquérir tout le matériel qui est déjà sur place. Sinon tout est prêt et ces wagons sont arrivés (à Conakry) il y a huit mois. Ce que RUSAL souhaiterait ce qu’on attende l’usine de Friguia  atteigne sa vitesse de croisière dans sa production pour que RUSAL définisse à partir de là les créneaux qui sont disponibles », a-t-il admis, impuissant. « Néanmoins, précise-t-il, les négociations se poursuivent avec RUSAL ».

Selon un responsable de la Société nationale des chemins de fer de Guinée (SNCFG) interrogé par Africaguinée.com, les wagons ont une capacité de 90 voyageurs. Le prix d’acquisition de ces voitures construites dans les années 1960 est de 5.000 francs suisses hors taxe (environs 4.970 dollars américains). Les matériels ont été importés par l’acheteur à ses frais, sans garantie. Le transport de ces voitures a coûté 137.900 euros (environs 1.390.000.000 de francs guinéens) à l’Etat.

Balla Yombouno

Articles Similaires

UNIVERSITÉ DE SONFONIA : zoom sur l’application des nouvelles mesures sanitaires

LEDJELY.COM

800 femmes et jeunes filles des 5 communes de Conakry en formation aux dialogues communautaires

LEDJELY.COM

GUINEE : des pistes de réflexion pour crédibiliser et pacifier le processus électoral

LEDJELY.COM

Le siège du PUP fait peau neuve : Fodé Bangoura, l’artisan du renouveau d’un parti qu’on annonçait mort

LEDJELY.COM

GUINÉE : après la sortie de Michelle Bachelet, le FNDC appelle l’ONU « à joindre des actes forts aux déclarations de principes »

LEDJELY.COM

Le cri de cœur des citoyens de Kondiaran après l’arrêt des travaux de la route Kankan-Mandiana

LEDJELY.COM
Chargement....