Ledjely.com
Home » CONSEIL NATIONAL DE JEUNESSE : la relance du processus, annoncée par Mouctar Diallo, contestée !
A la une Actualités Guinée Jeunesse

CONSEIL NATIONAL DE JEUNESSE : la relance du processus, annoncée par Mouctar Diallo, contestée !

L’annonce de la relance du processus de mise en place du Conseil national de la jeunesse (CNJ) par le ministre Mouctar Diallo ne laisse pas indifférent le bureau exécutif issu des Assises de Mamou. Un comité ad-hoc constitué en grande partie de cadres du ministère de la Jeunesse a été rendu public le 26 juin 2020 par le département. Ce, pour, dit-il, élaborer et suivre le chronogramme de mise en place dudit conseil. Ce que juge inopportun le président élu du Conseil national de la jeunesse en 2017 à Mamou. Mamadou Barry annonce d’ailleurs la mise à disposition d’un mémorandum à cet effet.

Selon lui, c’est par la presse et les réseaux sociaux qu’il a appris la nouvelle relative à la relance de ce processus. Or, normalement, le rôle du ministère de la Jeunesse est uniquement de favoriser la mise en place dudit conseil, conformément aux articles 11 et 15 de la Charte africaine de la jeunesse. Mamadou Barry accuse le ministre Mouctar Diallo de vouloir constituer un conseil parallèle. “A notre fort étonnement on apprend qu’un comité ad-hoc est mis en place dont nous ne connaissons pas les tenants et les aboutissants”, a dénoncé le coordonnateur du projet “Assises de Guinée”.

Poursuivant, il s’est dit favorable à la reprise du processus “pour le bien de la jeunesse”, tout en émettant des réserves. “On va adresser un mémo au président de la République pour lui dire que le moment n’est pas propice pour diviser la jeunesse. Et puis le processus ne peut pas se dérouler en moins de 4 mois. Or, il y a les élections (présidentielles) qui sont prévues au mois d’octobre. Je me demande si on peut dérouler un processus de mise en place d’un organe représentatif et inclusif pour la jeunesse dans moins de 3 mois et en même temps organiser les élections, surtout avec cette pandémie de COVID-19 où on ne peut pas mobiliser plus de 30 personnes”, a-t-il fait remarquer.

En 2017, une bagarre a eu raison d’un troisième processus du côté de Dabola. Tous ces problèmes poussent à se demander à quand donc la mise en place du Conseil national de la jeunesse (CNJ) de Guinée.

Hawa Bah

Articles Similaires

Aboubacar Soumah : « Nous n’allons plus participer à une rencontre avec les autres syndicats de l’éducation »

LEDJELY.COM

GUINÉE : la descente aux enfers des enseignants des écoles privées

LEDJELY.COM

Le FNDC demeure aujourd’hui l’unique rempart contre la remise en cause systématique des acquis démocratiques de la Guinée

LEDJELY.COM

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Privacy & Cookies Policy
tempus Nullam porta. ipsum velit, ut non