Ledjely.com
Accueil » KANKAN : la manifestation des jeunes saluée par les citoyens
A la une Actualités Haute-Guinée

KANKAN : la manifestation des jeunes saluée par les citoyens

Au lendemain de la grande mobilisation des jeunes réclamant la construction d’un barrage hydroélectrique pour la région de la Haute-Guinée afin d’y mettre fin aux délestages, les citoyens de Kankan se disent satisfaits du caractère pacifique de la manifestation et invitent à durcir le ton afin d’obtenir gain de cause de la part des autorités, rapporte le correspondant du Djely.com basé dans la capitale de la savane guinéenne.

De la Briqueterie en passant par la Gare jusqu’à Kabada, les citoyens – dans leur majorité – saluent l’initiative du Mouvement des jeunes pour l’électrification de la Haute-Guinée à l’origine de la démonstration de force de ce mardi dans les rues de la ville. Pour eux, les jeunes doivent continuer le combat jusqu’à la satisfaction de leur revendication.

Selon ces citoyens interrogés par Ledjely.com, la lutte doit se poursuivre.  « Je salue et soutiens la lutte. Il faut que cette lutte permette d’obtenir quelque chose pour Kankan. On nous a trop bernés et ça doit changer », estime Sekou Camara, résidant au quartier Briqueterie. « Trop, c’est trop », enchaîne Marie Touré qui ajoute qu’il faut que ça change. « Je soutiens cette démarche des jeunes, je les invite à ne rien casser ni brûler mais à poursuivre la lutte. Le courant ou rien », dit-elle avec détermination.

A Kabada 1 où une foule compacte de jeunes était au rendez-vous ce 7 juillet, les femmes aussi comprennent la frustration qui anime les citoyens de Kankan et invitent les jeunes à continuer le combat. « Le courant électrique est un signe de développement et si vous l’avez pas, c’est comme si vous n’avez rien. Il faut continuer la revendication car elle est légitime et légale. Les jeunes ont montré qu’ils peuvent sortir sans casser, ils ne sont pas contre un régime mais contre une succession de promesses non respectées », nuance Mariame Kaba, enseignante dans une école primaire de la ville.

Du côté de la société civile, on soutient également la revendication portée par les jeunes. « Que la lutte soit pérenne. Il faut que quelqu’un guide le groupe au détriment des intérêts personnels et égoïstes », pense Oumar Sylla, responsable d’une ONG évoluant dans la ville de Kankan.

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com

Articles Similaires

UNIVERSITÉ DE SONFONIA : zoom sur l’application des nouvelles mesures sanitaires

LEDJELY.COM

800 femmes et jeunes filles des 5 communes de Conakry en formation aux dialogues communautaires

LEDJELY.COM

GUINEE : des pistes de réflexion pour crédibiliser et pacifier le processus électoral

LEDJELY.COM

Le siège du PUP fait peau neuve : Fodé Bangoura, l’artisan du renouveau d’un parti qu’on annonçait mort

LEDJELY.COM

GUINÉE : après la sortie de Michelle Bachelet, le FNDC appelle l’ONU « à joindre des actes forts aux déclarations de principes »

LEDJELY.COM

Le cri de cœur des citoyens de Kondiaran après l’arrêt des travaux de la route Kankan-Mandiana

LEDJELY.COM
Chargement....