Ledjely.com
Accueil » FARANAH : le secteur de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat fortement impacté par le COVID-19
A la une Actualités Economie Societé

FARANAH : le secteur de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat fortement impacté par le COVID-19

L’impact du nouveau coronavirus est ressenti dans tous les secteurs d’activités socio-économiques de la Guinée. De Conakry aux préfectures de l’intérieur du pays, le COVID-19 frappe de plein fouet l’économie. C’est le cas dans le secteur de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat. A Faranah, dans la région de la Haute-Guinée, les activités dans ce secteur sont presque totalement à l’arrêt, avec la rareté des clients. C’est ce qu’a confié ce matin le directeur régional adjoint de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat au cours d’un entretien accordé au correspondant du Djely dans la région.

Située à quelques 430 kilomètres de la capitale guinéenne, Faranah est une région par excellence de tourisme, d’artisanat et d’hôtellerie en Guinée avec plus d’une centaine de sites touristiques – pour la plupart non valorisés -, de nombreux hôtels et des artisans visibles aux abords du grand marché de la ville. Le secteur emploie plusieurs diplômés et surtout participe au développement économique de la région. Mais depuis le début de l’année, il est grandement impacté par le nouveau coronavirus car les clients se font très rares.

De l’hôtel Del Niger en passant par la Bibich ou encore le Solima, c’est presque la même réalité. La clientèle se fait rare, plusieurs chambres complètement verrouillées depuis un bon moment. Une situation qui préoccupe le directeur adjoint de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat. « C’est un véritable casse-tête pour les travailleurs qui traversent des moments assez critiques. Les clients ne viennent plus et les rares qui viennent ne passent que quelques jours. Il y a des hôtels où les gens font plus d’une semaine sans  recevoir de client. Imaginez comment ils vont nourrir leurs familles. Il y a certains artisans qui ne viennent que dans l’après-midi, car ils savent qu’il n’y a pas de clients dans les hôtels« , a expliqué Georges Joseph Lamah.

Continuant, il a tiré la sonnette d’alarme sur les conséquences du COVID-19 dans le secteur hôtelier à Faranah en ces termes : « A l’hôtel Del Niger, sur une vingtaine de travailleurs avant, il n’y a que cinq qui travaillent actuellement avec un salaire réduit. Les propriétaires aussi ne sont pas accompagnés et certains risquent d’avoir assez de problèmes (économiques)« . M. Lamah a invité l’État à venir en appui à ces secteurs pourvoyeurs d’emplois.

Michel Yaradouno, correspondant régional en Haute-Guinée pour Ledjely.com

Articles Similaires

#NABAYAGATE : le Parquet de Conakry ouvre une enquête judiciaire

LEDJELY.COM

PRÉSUMÉS DETOURNEMENTS DE PLUS DE 200 MILLIARDS : la jeunesse du RPG/Arc-en-ciel se désolidarise du gouvernement de Kassory Fofana

LEDJELY.COM

COVID-19 : les planteurs d’anacarde ressentent l’impact de la pandémie sur leur activité

LEDJELY.COM

TENTATIVE D’ARNAQUE : il simule la mort de son fils dans un accident pour tenter d’empocher près de 4 millions de francs guinéens

LEDJELY.COM

PRESUMÉ DÉTOURNEMENT : « Il est impératif que la justice ouvre une enquête sérieuse », exige la PCUD

LEDJELY.COM

ETHIOPIE : des centaines de morts lors d’un massacre au Tigré

LEDJELY.COM
Chargement....