Ledjely.com
Home » BEYLA : les citoyens de Dabadou exigent la libération du président de district
A la une Guinée Forestière Politique

BEYLA : les citoyens de Dabadou exigent la libération du président de district

Situation tendue cet après midi dans le centre-ville de Beyla. Et pour cause. Des citoyens originaires de Dabadou, village situé à une quinzaine de kilomètres de Beyla ont pris d’assaut le palais de justice ce 15 juillet 2020 pour exiger la libération du président de leur district. Celui-ci, interpellé hier par le juge de paix avait été mis à la disposition de la police. En face, les forces de l’ordre ont fait usage tout  à la fois de gaz lacrymogène et de tirs à balles réelles. Conséquence, des blessés sont déplorés

Joint au téléphone par le correspondant de ledjely.com dans la région,  le vice maire de la commune urbaine de Beyla a confirmé l’information. “C’est un conflit domanial qui oppose deux villages de la commune urbaine de Beyla à savoir Dabadou et Tabilala depuis quelques années. Les sages et la mairie étaient déjà intervenus dans l’affaire pour régler à l’amiable. Mais le village de Dabadou n’était pas d’accord avec le verdict rendu. Le problème conséquemment transporté à la justice, hier, le chef du village de Dabadou a été convoqué par le juge et mis à la disposition de la police », explique Kassim Sidibé.

C’est à la suite donc de la convocation et à la détention du président de district que les citoyens du village de Dabadou s’en sont pris au palais de justice.  « Les forces de sécurité qui étaient sur place ont tiré pour disperser les manifestants. Mais dans la fusillade, il semblerait qu’il y a eu deux personnes touchées par balles et seraient hospitalisés à l’hôpital. Je ne sais pas si c’est vrai ou faux », rajoute le vice-maire de Beyla.

Particulièrement remontés, les manifestants, après le niveau des forces de l’ordre et la justice, ont également essayé de s’en prendre à la mairie.  Mais les jeunes de Beyla centre s’y sont opposés. Entre les deux camps, il y a donc eu des jets de pierres.

Selon le vice-maire, les tirs de sommation ont désormais cessé, alors que les jeunes, eux, sont encore visibles en plusieurs endroits du village de Dabadou.

Niouma Lazare Kamano, pour ledjely.com

Articles Similaires

KANKAN : les auteurs d’une attaque armée comparaissent devant la justice

LEDJELY.COM

PREFET DE N’ZEREKORE : « même si le président dit d’égorger quelqu’un… »

LEDJELY.COM

Mohamed Ansa Diawara au SLECG : «… personne ne peut être payé étant à la maison »

LEDJELY.COM

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Privacy & Cookies Policy
porta. dolor. lectus vulputate, luctus et,