Ledjely.com
Accueil » AFFAIRE PROFANATION DE LA TOMBE DE SEKOU TOURÉ : l’accusé s’explique
A la uneActualitésFaits-divers

AFFAIRE PROFANATION DE LA TOMBE DE SEKOU TOURÉ : l’accusé s’explique

La Direction centrale de la police judiciaire a présenté à la presse, ce mercredi 22 juillet 2020, un homme qui aurait profané la tombe du premier président de la Guinée, Ahmed Sékou Touré, au mausolée de la Camayenne dans la commune de Dixinn à Conakry. Les faits se seraient produits le 14 juillet dernier. Le margi-chef Mohamed Lamine Chérif Camara aurait été pris en flagrant délit de profanation des tombes dans le mausolée de la Camayenne, en particulier la tombe du président Sékou Touré. Il aurait été vu avec des talismans.

Interrogé lors de sa présentation à la presse, le présumé auteur a reconnu les faits mais déclaré être atteint de dépression mentale. “Je reconnais parfaitement les faits. C’est dû au stress et à la fatigue. Je me suis rendu sur les lieux et allumé une mèche de cigarette que j’ai lancée. Par accident, ça a fait des flammes. Étant un corps habillé, j’ai profité pour rentrer dedans pour éteindre la cigarette pour éviter le scandale avec les civiles qui étaient sur les lieux. C’est ainsi que j’ai vu la police venir et je me suis mis à leur disposition“, a-t-il expliqué.

Sur sa dépression mentale, l’homme a indiqué : “Quelques fois, ça m’arrive d’avoir des troubles mentaux. Quelques fois aussi quand ça m’arrive de me croire supérieur à tout le monde et je fais des comportements inhumains. Donc, on peut dire que c’est tout cela qui m’a mis dans cet état“.

Aux allégations selon lesquelles il avait des complices, le jeune homme a rétorqué : “En âme et conscience, j’étais seul. Lorsque le feu a pris le mausolée, j’ai essayé d’incliner la porte parce-qu’elle était fermée. Le temps juste d’éteindre le feu, les civils sont venus vers moi en masse et donc, j’ai préféré me maintenir à l’intérieur du mausolée jusqu’à ce que les force de l’ordre viennent m’interpeller. Parce que si je partais vers eux (les civiles), ils risquaient de me faire autre chose“.

Avait-il des talismans en sa possession ? Il a répondu : “Non ! Et je n’ai pas attaché les pièces tombales. Ce n’est nullement un acte rituel“, avant de demander pardon. “Je veux juste demander aux familles de me pardonner pour l’acte que j’ai commis. Je reconnais sincèrement que c’est inhumain. Je me mets à genoux et je les prie de me pardonner“.

Balla Yombouno 

Articles Similaires

TPI de Kaloum : la partie civile regrette le report de l’audience dans le procès avec l’ancien ministre Ahmed Kanté

LEDJELY.COM

L’UNICEF soutient le Gouvernement guinéen pour la signature du plan d’adhésion de la Guinée à l’Initiative pour l’Indépendance Vaccinale

LEDJELY.COM

Devant le CNT : les principales annonces de Bah Oury

LEDJELY.COM

CNT : Dr. Dansa Kourouma interpelle Bah Oury sur quelques défis de l’heure

LEDJELY.COM

Opinion : la durée des processus de transitions militaires en Afrique

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : les pèlerins guinéens ont commencé à rallier les Lieux saints

LEDJELY.COM
Chargement....