Ledjely.com
Accueil » MACENTA : les jeunes dans la rue pour réclamer des routes dignes de nom
A la une Actualités Guinée Forestière Societé

MACENTA : les jeunes dans la rue pour réclamer des routes dignes de nom

Dans la commune urbaine de Macenta, les jeunes étaient dans la rue ce jeudi matin pour mettre en exécution leur menace qui planait depuis quelques jours. Ils protestent contre l’état dégradant des routes de leur localité.

Pour manifester leur ras le bol, les jeunes en colère sont venus barricader l’entrée de la mairie. Joint au téléphone dans la foulée, un jeune manifestant est revenu sur le pourquoi de leur manifestation. « L’accès dans certains quartiers de la commune urbaine est pratiquement impossible. C’est comme le cas des quartiers de Macenta Koura, Tripo, qui sont sur la nationale Macenta-Kankan. Moilaminidou-Foulaya, quartiers situés sur l’axe Macenta-route du Liberia, sont des quartiers qui ont un accès difficile à nos jours dans la commune urbaine de Macenta », témoigne sous l’anonymat ce jeune manifestant.

Poursuivant, notre interlocuteur précise que le transport pour se rendre dans ces quartiers à accès difficile se négocie entre 10 000 et 15 000 francs guinéens par personne. « Sinon les conducteurs de taxi moto refusent de s’y rendre surtout en cette période de grandes pluies », martèle-t-il. « On avait attiré l’attention des autorités mais elles ne nous ont pas pris au sérieux. C’est pourquoi on est sortis ce matin », ajoute-t-il.

Du côté des autorités communales, on déplore cette attitude des jeunes et précise que la réhabilitation d’une route nationale ne relève pas de leur compétence. « Ces jeunes me demandent en tant que maire de la commune de bitumer une route nationale voire même internationale qui va jusqu’à la frontière libérienne. Chose qui n’est pas dans les prérogatives de la mairie. Hier, et les cadres de la préfecture et nous de la commune, on leur  avait signifié que cela n’était pas dans le portefeuille de la mairie », explique Enénéoo Guilavogui Maire de Macenta, joint au téléphone par notre correspondant dans la région. Et d’ajouter : « Ils devraient écrire à la mairie et nous, on allait faire en sorte que ce soit transmis à la préfecture. Comme ça, le préfet allait à son tour remettre à qui de droit. Mais voilà, ce matin, ils viennent barricader l’entrée de la mairie pendant que moi j’étais à mon bureau », relate-t-il. Pour lui, les forces de l’ordre qui étaient déjà en place ont reçu des instructions de rester tranquille. Cela pour éviter les cases, note Enénéoo Guilavogui.

A lire  N'ZEREKORE : un collectif d’ONG exige un procès sur les violences post-électorales

« La situation étant sous contrôle, les jeunes manifestants, les autorités, la notabilité, les membres de la société civile, les autorités judiciaires, sont en conclave  à la préfecture de Macenta dans le but d’engager une procédure normale, car, ce que les jeunes ont fait est anormal », conclut l’élu local de Macenta. Pour le moment, aucune interpellation n’est signalée et les services de sécurité sont postés devant la mairie.

Niouma Lazare Kamano, N’Zérékoré pour Ledjely.com

Articles Similaires

EDUCATION : la digitalisation, une réforme nécessaire dans l’organisation des examens

LEDJELY.COM

PRESIDENTIELLE 2020 : un sondage annonce jusqu’à 86 % de participation à Conakry

LEDJELY.COM

Suite à l’interdiction de sa manifestation, le FNDC « maintient sa marche sous la forme de résistance »

LEDJELY.COM

KANKAN : quand la politique devient un refuge pour les diplômés sans emploi

LEDJELY.COM

Benaouda Lebdai – « Les Écumes de la rancœur » de Yamoussa Sidibé

LEDJELY.COM

INSÉCURITÉ/SANOYAH-KM36 : deux personnes tuées par des hommes armés

LEDJELY.COM
Chargement....