Ledjely.com
Accueil » LEGISLATIVES 2020 : « Les résultats ont été fabriqués », selon Bouya Konaté
A la une Actualités Guinée Politique

LEGISLATIVES 2020 : « Les résultats ont été fabriqués », selon Bouya Konaté

Une voix de plus pour dénoncer les conditions dans lesquelles les députés de la 9ème législature ont été élus, le 22 mars 2020, à la faveur du double scrutin controversé. Bouya Konaté dont le parti, l’Union pour la défense des intérêts républicains (UDIR), avait pris part aux dites compétitions électorales, a évoqué les contradictions qui ressortent des résultats proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), elle-même. C’était ce mercredi 2 septembre 2020, chez nos confrères de Djoma TV, dans l’émission ‘’On refait le monde’’.

De fait, Bouya Konaté qui vient d’être investi par son parti pour la présidentielle du 18 octobre prochain, pense que nombre de députés qui siègent aujourd’hui au sein du parlement guinéen ont récolté leur statut en guise de récompense politique pour avoir accompagné la dynamique du changement constitutionnel. Et le premier indice qu’il donne est le fait qu’à la cérémonie de restitution des cautions aux candidats ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés, il n’avait retrouvé aucun des députés qui prétendent avoir été élus. « On a eu un document de la CENI pour aller récupérer les cautions, (…) J’étais le seul à dépasser 5% sans avoir un député. Le jour du paiement de la subvention, on devait être une trentaine de partis politiques, mais le jour qu’on est allé pour récupérer la caution, j’étais seul. La CENI m’a remboursé ». De deux choses, l’une, à l’en croire. Soit, lui, s’étant préalablement opposé à l’adoption de la nouvelle constitution, a été exclu du partage des députés, quoiqu’ayant réuni au moins les 5 % des suffrages dans la circonscription de Matoto. Soit, tout simplement, indépendamment des suffrages obtenus par les uns et les autres, on a fait le choix de récompenser la majorité de ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont facilité l’adoption d’une nouvelle constitution.

Le second indice que pointe Bouya Konaté pour dénoncer les irrégularités ayant, selon lui, caractérisé le scrutin pour l’élection des députés, c’est la contradiction entre les résultats rendus publics par la CENI circonscription par circonscription, d’une part, et de l’autre, les résultats globaux attributs aux partis. En français facile, Bouya Konaté dit que l’addition des résultats publiés par la CENI ne correspond au total, lui aussi rendu public par la même institution. Il donne alors un exemple évocateur. « Selon les résultats de la CENI, dans la commune de Matoto, sur la liste nationale, l’UDIR a obtenu 3 892 voix, à Kankan 6 000 voix, à Forecariah 2 715 voix. Mais au niveau des résultats globaux, on a attribué à l’UDIR 3 272 voix ». Ces résultats avaient été rendus publics via les médias notamment publics. Et selon le président de l’UDIR, c’est quand il est allé récupérer la caution, il a retrouvé mentionné devant son nom 9 872 voix. « 9 872 voix et on n’a pas de député ». Et s’il s’y est rangé, c’est parce que, selon lui, il n’y avait plus aucun recours. Autrement, dit-il, ces élections-là, c’était une sainte pagaille.

Hawa Bah  

Articles Similaires

LIGUE 1 : le Horoya AC s’impose sur l’Ashanti Golden Boys devant un public gonflé à bloc

LEDJELY.COM

CIRCULATION DES GROS PORTEURS PENDANT LES HEURES DE POINTE : quand certains conducteurs font la sourde oreille

LEDJELY.COM

Les  »72 heures du livre » en mode Covid-19

LEDJELY.COM

Quand Cellou Dalein dévoile la fébrilité du RPG

LEDJELY.COM

GUINÉE : lancement du programme sportif féminin « Championnes »

LEDJELY.COM

MALI : des élections présidentielle et législatives prévues pour février 2022

LEDJELY.COM
Chargement....