Ledjely.com
Accueil » PRESIDENTIELLE 2020 : l’énergie au cœur du programme politique de la NGR
A la une Actualités Energie Guinée Politique Societé

PRESIDENTIELLE 2020 : l’énergie au cœur du programme politique de la NGR

Après la présidentielle 2010 et les législatives de 2013 et 2020, la Nouvelle génération pour la République (NGR) dirigée par l’homme d’affaires Ibrahima Abé Sylla est l’un des douze partis en lice pour l’élection présidentielle du 18 octobre prochain. Ce vendredi 18 septembre, la chargée de stratégie du parti, Habiba Sylla, était l’invitée de l’émission “Œil de lynx” sur la radio Lynx FM. Au cours de son intervention, celle qui est également épouse du leader de la NGR est revenue sur le “programme économique” dudit parti qui, selon elle, repose en grande partie sur le secteur énergétique. En Effet, si le candidat de la NGR est élu président de la République le 18 octobre prochain, il entend utiliser une partie de l’énergie qu’il compte produire à partir de l’hydraulique et du gaz pour non seulement électrifier le pays mais aussi vendre l’autre partie pour générer des recettes qui contribueront au développement du pays.

« Le programme économique de la NGR se base sur la bonne gouvernance à travers quatre roues motrices qui sont l’énergie, les mines, l’agriculture et le tourisme. En mettant le focus sur ces quatre roues motrices, le président Abé Sylla est capable de générer tous les fonds possibles pour mettre en place la structure de base dont le pays a besoin, les besoins essentiels de tout être humain au delà des Guinéens comme la santé, l’éducation, le transport, l’eau potable, la propriété et de l’emploi pour les jeunes et pour les femmes ; je dirai d’emploi pour tout le monde, mais l’accent sera mis sur les jeunes qui sont la proportion la plus élevée, mais aussi sur les femmes parce qu’elles sont la fondation des familles et elles travaillent très dur et il faut les aider à créer tout ce qu’il faut pour mener leur mission qui est celle de leurs enfants se développer dans un environnement sain, des enfants qui peuvent aller à l’école et avoir des niveaux très élevés dans la société », a assuré Habiba Touré.

A en croire la chargée de stratégie de la NGR, le problème de la Guinée n’est pas un problème de moyens, de richesses, mais plutôt de gestion. « Le président Abé Sylla est un spécialiste en énergie de niveau international. Pour quelqu’un qui a fait ses preuves aux États-Unis, la Guinée est un petit dossier. Comme il l’a expliqué, les barrages (Souapiti et Kaleta) qui ont été construits jusqu’à présent ont malheureusement été mal gérés et sont en possession des chinois maintenant. Ils appartiennent aux Chinois pendant 35 ans. Pourtant, la Guinée a les richesses qu’il faut, en hydraulique seulement, pour produire jusqu’à 6 000 mégawatts (MW). Pourtant la Guinée n’a besoin que de 1 500 mégawatts pour éclairer de l’est à l’ouest et du nord au sud. Donc, quelqu’un qui est spécialiste en énergie comme le président Abé Sylla est capable de produire ces 6 000 mégawatts, utiliser 1 500 mégawatts pour la Guinée et exporter le reste. Ce qui va générer des retombées financières incroyables : ce sont des milliards de dollars. Aussi, quand on a des richesses énergétiques comme ça, il faut avoir le financement de 20 à 25%, et toute institution financière est capable et va vouloir financer le reste. Normalement, quelqu’un qui sait gérer, qui sait faire profiter son peuple de telles occasions, qui sait comment faire fructifier l’argent et les investissements à son peuple va dire : écoutes, on va construire ce barrage, mais les 20% j’encourage tout Guinéen à investir pour devenir propriétaire dans ce projet. Et je défie n’importe quelle personne qui puisse me dire qu’il n’y a pas des Guinéens qui puissent investir entre 1 000 dollars et 3 000 dollars dans ce projet. On a fait tous les calculs : si vous investissez 10 000 dollars, les retombées de la première année sont que vous pouvez générer entre 18 000 et 20 000 dollars. Donc, dès la première année, vous récupérez vos 10 000 dollars et vous gagnez le même montant (comme bénéfices), mais vous allez gagner ces 18 000 dollars pendant 35 ans. Alors, vous prenez une petite somme de cet argent que vous avez généré pour l’investir dans un autre projet, parce que toujours quand il y a un autre projet, il y a un dépôt de 20 à 25% que le gouvernement guinéen doit déposer et les 80% ce sont les institutions financières qui vous le donnent comme crédit. Comme Abé Sylla a l’expérience d’investir, il va dire aux Guinéens d’investir et de devenir eux-mêmes des actionnaires dans ces projets. Donc, vous allez avoir votre argent dans plusieurs projets et les retombées financières seront énormes : non seulement les Guinéens et Guinéennes vont être fiers de participer au développement économique de leurs pays, mais ils vont fructifier leur argent, devenir riches et devenir indépendants du gouvernement pour avoir une sécurité sociale, payer les études de leurs enfants pour aller à l’étranger, avoir des biens, etc. C’est ce que tout pays développé encourage à la classe moyenne, parce que c’est ça la base de la richesse des pays. Ce n’est pas la classe supérieure. La classe supérieure, c’est toujours un poignet et la classe inférieure qui est toujours prédominante ne fait qu’amener le pays vers le bas. C’est la classe moyenne qui a cette ambition, parce qu’elle est sortie de la pauvreté (et rêve) d’atteindre le sommet ; c’est elle qui développe le pays. Et parmi tous les candidats, je l’ai dit et je le répète : personne d’autre (à part Abé Sylla) ne pourrait mettre ce programme en place », a-t-elle indiqué.

Selon Habiba Touré, Dieu a donné un autre trésor à la Guinée qui n’est pas compatibilisé mais qui est capable de générer des recettes supérieures à celles de l’hydraulique. « La Guinée a des gisements de gaz. Et la réserve de gaz est estimée aux alentours 20 000 mégawatts. Ce sont des milliards dollars qui peuvent s’ajouter aux recettes de la Guinée. Le président Abé Sylla a acheté les données pour prouver cela et les mettre à la disposition du gouvernement pour utiliser le gaz et l’explorer dans l’énergie propre, mais aussi c’est quelque chose qui va être là pour encourager les investisseurs dans le domaine de la transformation minière, agricole et dans l’industrie de transformation », a ajouté cette cadre de la Nouvelle génération pour la République.

Hawa Bah

Articles Similaires

PRESIDENTIELLE DU 18 OCTOBRE : la CEEA présente son rapport préliminaire

LEDJELY.COM

VIOLENCES POST-ELECTORALES : des boutiques pillées à N’Zérékoré

LEDJELY.COM

CELLOU DALEIN REVENDIQUE SA « VICTOIRE » : réaction de la communauté international

LEDJELY.COM

PRÉSIDENTIELLE DU 18 OCTOBRE : « Dans 91% des bureaux de vote, les représentants des candidats n’ont pas contesté les résultats officiels » (CoCEG)

LEDJELY.COM

La crise politique guinéenne a encore de beaux jours devant elle

LEDJELY.COM

KINDIA : après la présidentielle, réactions de quelques citoyens !

LEDJELY.COM
Chargement....