Ledjely.com
Accueil » PRESIDENTIELLE 2020 : l’UPDG étudie la possibilité d’accompagner un des partis en lice
A la une Actualités Haute-Guinée Politique

PRESIDENTIELLE 2020 : l’UPDG étudie la possibilité d’accompagner un des partis en lice

Après son lancement officiel le 5 septembre dernier, l’Union des patriotes pour le développement de la Guinée (UPDG) songe à accompagner une des formations politiques en lice pour l’élection présidentielle du 18 octobre, une fois les réflexions en cours au sein du parti terminées. C’est du moins ce qu’a laissé entendre ce jeudi le président de l’UPDG, Amadou Secteur Barry, lors d’un entretien qu’il a accordé au correspondant régional du Djely, basé en Haute-Guinée.

A l’approche du scrutin présidentiel d’octobre, les alliances se nouent et les coalitions se créent entre des partis politiques qui n’ont pas présenté de candidat et ceux qui ont décidé de briguer la magistrature suprême du pays. Au sein de l’UPDG, des tractations et pourparlers sont en cours dont l’objectif final est de pouvoir donner une consigne de vote aux militants et sympathisants du parti lors de la présidentielle à venir. « On a été consulté par plusieurs partis politiques dont on tait les noms pour l’instant. Le bureau national est en train d’étudier les différents projets de société des candidats. Celui qui sera le plus bon à nos yeux et pour le pays pourrait avoir notre appui. Rassurez-vous que nous ne tiendrons pas compte des considérations ethniques ou quoique ce soit. Seuls le projet de société et la vision du parti choisi intéresseront notre formation politique », a-t-il promis.

A la question de savoir si l’Union des forces démocratiques de Guinée n’est pas le parti qui a le plus de chance d’être accompagné par l’UPDG, Amadou Secteur Barry a souligné qu’avant l’UFDG il avait travaillé avec Ousmane Kaba, le candidat du PADES. « Mais tout cela, c’est du passé », s’est-il empressé d’indiquer. Et d’ajouter : « Je peux travailler avec n’importe quel parti (cependant) j’ai de sincères collaborations avec le président Cellou Dalein Diallo. Car c’est auprès de lui que j’ai eu l’ambition de créer ma propre formation politique. Mais cela ne veut pas dire que je ne peux pas accompagner un autre parti en lice », a assuré le président de l’Union des patriotes pour le développement de la Guinée qui fut directeur de campagne de l’UFDG à Kankan.

S’agissant des raisons qui ont conduit à sa séparation d’avec l’UFDG, M. Barry a assuré que c’est une affaire personnelle liée sa « dignité ». « C’était à l’occasion des élections communales de février 2018. Je n’étais pas d’accord avec certains responsables du parti à cause du choix de la tête de liste… Mais je peux vous dire que je ne regrette pas d’avoir quitté ce parti pour être dans une formation où je suis aujourd’hui président. Je rappelle cependant que j’ai une bonne relation avec le président Cellou Dalein et plusieurs cadres de l’UFDG, comme d’autres partis politiques d’ailleurs », a-t-il indiqué.

Par rapport au niveau d’implantation de sa nouvelle formation politique, le président de l’UPDG a assuré que son parti continue son expansion. « Aujourd’hui, nous avons des équipes dynamiques et des militants dans les cinq préfectures de la région (de Kankan). Nos équipes sillonnent également actuellement Boké, Forecariah et Conakry pour l’implantation des bases de l’UPDG ».

Pour finir, Amadou Secteur Barry a invité les partis en compétition à privilégier la paix et la cohésion sociale lors de la campagne électorale en cours. Selon lui, le coût élevé de la caution (fixée à 800 millions de fracs guinéens) a été le frein de la participation de son parti à l’élection présidentielle. « Le parti s’attendait à une caution de moins de 400 millions de francs, à cause notamment du COVID-19 qui frappe le monde entier depuis décembre 2019 », a-t-il révélé.

Entretien réalisé par Michel Yaradouno

Articles Similaires

CRISE POST-ÉLECTORALE : affrontements et pillages à Conakry et dans certaines villes guinéennes

LEDJELY.COM

La Guinée n’est pas encore une société de droit

LEDJELY.COM

Me MORY DOUMBOUYA : « aucune velléité de déstabilisation du pays ne sera tolérée »

LEDJELY.COM

Après la présidentielle, Conakry sombre dans la violence !

LEDJELY.COM

SCRUTIN DU 18 OCTOBRE : ce que l’INIDH recommande à la CENI, à la population, aux partis politiques et aux candidats

LEDJELY.COM

L’Afrique de l’ouest en feu, la CEDEAO atone

LEDJELY.COM
Chargement....