Ledjely.com
Accueil » PLAINTE CONTRE FABOU ET SIMANKAN : « Il appartient au procureur de faire exécuter le mandat », Me Mohamed Traoré
A la une Actualités Justice Politique Societé

PLAINTE CONTRE FABOU ET SIMANKAN : « Il appartient au procureur de faire exécuter le mandat », Me Mohamed Traoré

Le juge Alphonse Charles Wright a émis, ce jeudi 24 septembre, un mandat d’arrêt contre le commissaire divisionnaire Aboubacar Fabou Camara, directeur central de la police judiciaire (DCPJ) et le commandant de la Brigade de répression et d’intervention (BRI), Mohamed Lamine Simakan. C’est à la suite d’une « citation directe » introduite par les avocats de Ibrahima Diallo et Sekou Koundouno, respectivement en charge des opérations et des stratégies du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), pour « violation de domicile et destruction de biens ». Toutefois, aucun des deux chefs sécuritaires n’a comparu devant le tribunal de Dixinn ce jeudi.

Pendant que certains évoquent l’hypothèse selon laquelle les officiers de police judiciaire (OPJ) ne peuvent pas être poursuivis devant un tribunal correctionnel, Me Mohamed Traoré, un des avocats du FNDC a indiqué ce vendredi dans l’émission « Œil de lynx » sur la radio Lynx FM que tout policier n’est pas OPJ. Il en a également profité pour réitérer la bravoure du juge d’instruction qui a émis le mandat d’arrêt contre les deux hommes qui mènent une traque sans merci contre les opposants au troisième mandat.

« Si c’est le procureur qui devait poursuivre ces personnes-là, il n’y aurait jamais eu de poursuites (faisant allusion aux accusations de partialité portées régulièrement contre Sidy Souleymane N’Diaye, le procureur de la République près du TPI de Dixinn, ndlr). C’est pourquoi la citation directe a pour but aussi de contourner l’inertie du procureur. Une fois que le dossier a été porté devant le tribunal, le procureur s’est finalement transformé en avocat des personnes poursuivis (…) Le juge a fait son travail. Il appartient au procureur lui-même de faire exécuter le mandat. Bien entendu il ne faut pas se leurrer : peut-être que ce mandat ne sera jamais exécuté. Mais ce qui est important, c’est que le juge a joué pleinement son rôle (…) Le procureur, c’est une partie au procès, le juge est un arbitre entre les parties au procès. Et lorsque le procureur soumet une demande au juge et que ce dernier n’accède pas à cette demande, je pense que la seule chose à faire pour le procureur est d’exercer des voies de recours si elles existent. Mais il n’y a pas de raison que leur relation soit tendu. Autant le procureur ne peut pas faire des injonctions au juge, autant le juge ne peut pas faire des injonctions au procureur. En ce qui concerne les magistrats, surtout les magistrats du siège, c’est le Conseil supérieur de la magistrature qui se prononce là-dessus. Même si le président de la République devrait déplacer demain ce juge-là, je pense que l’avis de ce conseil est demandé. Il appartient aux magistrats aussi de faire en sorte qu’un de leurs collègues ne soit pas victime des décisions qu’il prend », a souhaité Me Traoré.

Les regards sont désormais braqués vers Sidy Souleymane N’Diaye, le procureur de la République près du Tribunal de première instance de Dixinn, pour la suite de la procédure engagé contre le commissaire divisionnaire Aboubacar Fabou Camara et le commandant Mohamed Lamine Simakan.

Hawa Bah

Articles Similaires

CRISE POST-ÉLECTORALE : affrontements et pillages à Conakry et dans certaines villes guinéennes

LEDJELY.COM

La Guinée n’est pas encore une société de droit

LEDJELY.COM

Me MORY DOUMBOUYA : « aucune velléité de déstabilisation du pays ne sera tolérée »

LEDJELY.COM

Après la présidentielle, Conakry sombre dans la violence !

LEDJELY.COM

SCRUTIN DU 18 OCTOBRE : ce que l’INIDH recommande à la CENI, à la population, aux partis politiques et aux candidats

LEDJELY.COM

L’Afrique de l’ouest en feu, la CEDEAO atone

LEDJELY.COM
Chargement....