Ledjely.com

Accueil » CONCOURS DE L’APPEL A ECRITURE : l’Harmattan Guinée dévoile les lauréats
A la une Actualités Coronavirus Littérature

CONCOURS DE L’APPEL A ECRITURE : l’Harmattan Guinée dévoile les lauréats

Les résultats du concours de l’appel à l’écriture intitulé, « le livre au service de la lutte contre la COVID-19 », ont été proclamés ce mercredi 30 septembre par la maison d’édition Harmattan Guinée, initiatrice dudit concours. Après la proclamation des résultats par le président du jury, 15 lauréats ont été retenus et/ou reçu leurs satisfécits, dont le président de la Haute autorité de la communication (HAC), Boubacar Yacine Diallo.

Prenant  la parole, Sansy Kaba Diakité, le directeur de l’Harmattan Guinée, a rappelé que c’est  le 23 avril dernier, pendant la célébration de la journée mondiale du livre, que « nous avons promis que le 30 septembre nous allons officiellement donné la liste des 15 lauréats. Donc, aujourd’hui, on a proclamé les 15 meilleurs textes sur les 137 qui ont participé à l’appel à écriture. Et je vous ai dit que les candidats sont venus de la France, de la Guinée, du Tchad, de la Côte d’Ivoire, du Rwanda, du Bénin… Parmi les candidats, le plus jeune avait 7 ans… », a-t-il indiqué.

L’objectif final de ce concours, selon M. Diakité, est d’éditer un livre collectif qui sera présenté le 30 octobre prochain avec les 15 lauréats et avec l’aide des partenaires, récompenser chacun des lauréats avec un chèque.

Pour être retenu à ce concours, des critères étaient à remplir. « Il fallait avoir un texte lié au coronavirus dans le monde, en Guinée en particulier, il ne fallait pas dépasser 8 pages, un auteur ne pouvait soumettre au concours qu’un seul texte et tous les genres étaient admis, donc c’était ouvert, plus une photo et une présentation officielle. Donc, il y a eu trois niveaux dans le comité de sélection et le président du jury était Ki-Zerbo Georges Alfred  qui est le représentant de l’OMS en Guinée. Donc, le tri qui a été fait, c’est les meilleurs textes que nous avons retenus et (parmi) les lauréats, deux sont venus de l’intérieur du pays et deux sont à étranger. Le reste, ce sont des auteurs confirmés », expliqué Sansy Kaba Diakité.

Gassime Sylla, lauréat du premier prix de ce concours, a dédié son prix à toutes les familles qui ont perdu leurs proches suite à cette pandémie. « La première place n’est pas faite à tout le monde, mais si moi vraiment je me vois aujourd’hui à la tête de cette liste, il y a bien sûr le travail, mais aussi il y a la grâce de Dieu », a-t-il estimé.

Lors de ce concours,  le titre du texte de Gassime Sylla était : « Ce que la COVID-19 fait aux relations sociales : d’une expérience intime à la révélation des enjeux sociaux de la pandémie ». « Dans ce texte, je fais un récit de ma grand-mère qui est décédée pendant cette pandémie. Après le récit, j’ai essayé de discuter avec la littérature où je suis allé prendre des articles qui ont parlé ici des funérailles en Afrique, notamment dans les sociétés guinéennes, en particulier la société malinké. Ensuite, je suis allé lire des articles qui parle de l’épidémie d’Ebola », a raconté lauréat.

Ki-Zerbo Georges Alfred, le président du jury, n’a pas manqué d’apprécier la qualité des textes.  « En lisant les textes, j’ai été frappé par plusieurs aspects. Il y avait les aspects liés à l’expérience humaine par exemple, il y a des gens qui ont écrit sur leur propre expérience de la COVID-19 et ça, c’est très touchant parce que ça montre qu’on veut partager quelque chose avec les autres. De cette expérience qui est effrayante, nous sommes à quelques mois de connaissances de cette pandémie… On a eu aussi des écrits qui ont montré justement cette tension entre information et désinformation, avec des textes qui expliquent comment on engageait par exemple la communauté pour les ramener à des pratiques favorables, à des gestes qui permettent la prévention. Nous avons eu des textes qui ont parlé de l’impact sur les familles, sur la vie au quotidien, c’est-à-dire presque les questions de survie avec les pertes d’activités et leurs conséquences. Et au plan du style, je pense qu’il y a beaucoup de génies dans la narration, dans les styles qui ont été utilisés. Donc, ça a été une lecture très édifiante pour le jury et nous sommes arrivés difficilement à une liste de 15 mais qui est basée sur des critères, effectivement, de qualité de la narration, d’originalité du thème, de niveau d’écriture », a expliqué le fonctionnaire onusien.

Pour terminer, le président du jury a encouragé les participants de ce concours à ne pas baisser les bras et à rester des écrivains, des auteurs et à continuer donc à produire des œuvres littéraires.

Balla Yombouno

Articles Similaires

COUP D’ETAT : la Francophonie aussi suspend la Guinée

LEDJELY.COM

Guinée : Voici ce que les personnes vivant avec le handicap attendent du CNRD

Ledjely.com

URGENT : la CEDEAO prononce des sanctions ciblées contre les membres du CNRD

LEDJELY.COM

GUINEE: les autorités sanitaires déclarent la fin de la fièvre Marburg

Ledjely.com

Contenu local, respect des normes environnementales, transformation des matières,… Les exigences de Mamady Doumbouya à l’égard du secteur minier

LEDJELY.COM

Des projets miniers sont-ils menacés ? Le président de la chambre des Mines répond

LEDJELY.COM
Chargement....