Ledjely.com
Accueil » PRESIDENTIELLE 2020 : l’UFDG dénonce de nombreux manquements
A la une Actualités Guinée Politique

PRESIDENTIELLE 2020 : l’UFDG dénonce de nombreux manquements

A quatre jours de l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, il n’y a pas que les nombreux foyers d’incidents qui émaillent la campagne électorale qui posent problème. Les conditions d’organisation de l’élection, elles-mêmes, font l’objet de débat entre certains compétiteurs et la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Et c’est en particulier l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) qui se plaint de nombreux manquements. Des insuffisances qui, selon le parti de Cellou Dalein Diallo, seraient intentionnelles et qui auraient pour objectif d’aider à réaliser un « hold-up électoral » en faveur du candidat sortant, Alpha Condé.

Au cours d’une conférence de presse animée par les responsables de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), ce mardi 13 octobre 2020, trois principaux manquements ont été relevés. Le premier est en rapport avec l’affichage des listes électorales. Une opération dont la suppression du processus électoral avait été avalisée par la Cour constitutionnelle. Mais avec le plaidoyer que certains participants au processus ont mené ces dernières semaines, la CENI a dû se résoudre à faire l’affichage en question. Seulement, à en croire Aliou Condé, le secrétaire généra et vice-président de l’UFDG, « il semble qu’il y a beaucoup de quartiers où ces listes ne sont pas encore affichées. Ceux qui n’ont pas leurs cartes d’électeurs ne savent même pas s’ils existent ou pas sur le fichier ». Or, rappelle-t-il, au-delà du fait que l’affichage soit prévu par le code électoral, c’est cette opération qui permet à l’électeur de se situer quant à sa présence ou non sur le fichier électoral. « Vous avez tous suivi ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire : c’est quand les listes électorales ont été affichées que Laurent Gbagbo et Guillaume Soro ont su qu’ils n’étaient sur le fichier », souligne encore Aliou Condé, en guise d’exemple.

L’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) dénonce aussi des problèmes en rapport avec la distribution des cartes d’électeurs. De fait, par rapport à cette question, le parti n’est pas loin de soupçonner la CENI d’une manœuvre visant à priver certains électeurs de leurs cartes. En effet, si la CENI, en ce qui la concerne situe à entre 81 et 95 % le taux de distribution des cartes d’électeurs, Aliou Condé note des cas où ce sont ceux qui sont chargés de la distribution qui émargent en lieu et place des véritables propriétaires des cartes. Les cartes étant ensuite retirées du circuit. « Quand vous venez, on vous dit que vous avez retiré votre carte, alors que vous ne l’avez pas fait et votre carte n’est plus là, on a fait comme si vous avez pris votre carte. La CENI est en train de brandir partout qu’elle a un taux élevé de distribution des cartes, alors que dans beaucoup de quartiers les citoyens sont en train de se plaindre qu’ils n’ont pas reçu leurs cartes d’électeurs. Et, la palme revient à Manéah (Coyah), où dans 14 quartiers, les citoyens n’ont presque pas reçu leurs cartes ».

Enfin, la principale formation politique de l’opposition s’insurge contre la décision que vient de prendre la CENI de ne pas mettre à disposition des candidats le Procès-verbaux issus des bureaux de vote. Ces PV étant les documents dans lesquels les résultats issus du dépouillement sont consignés et qui, si nécessaire, doivent venir en appui à une éventuelle contestation des résultats devant les instances compétentes, à l’instar de la Cour constitutionnelle. « Nous avons demandé à la CENI de nous donner des documents lisibles et qui sont validés par la Cour constitutionnelle. Les représentants de 9 candidats et la CENI se sont retrouvés dans une réunion autour de cette question, et la CENI nous a dit qu’elle réfléchit à ça. Mais jusqu’à présent, après plusieurs discussions, nous n’avons pas obtenu gain de cause », disait alors Aliou Condé.

Il est à préciser que depuis, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a confirmé l’information selon laquelle les copies des PV ne seront effectivement pas mises à la disposition des candidats. Le porte-parole de l’institution qui s’est exprimé notamment chez nos confrères de Djoma TV admet bien sûr la légitimité de la revendication de l’UFDG. Mais Mamady 3 Kaba indique que l’application de la loi à ce niveau se butte à des obstacles d’ordre technique. « Le problème qui est soulevé relève de la loi elle-même. La loi prévoit un Procès-verbal qui est rédigé en papier auto-carboné et en cinq exemplaires. Il est donc impossible d’aller au-delà des cinq exemplaires, sinon vous aurez des papiers avec une écriture pratiquement illisible », allègue-t-il à propos.

Seulement, à l’article 83 du code électoral qu’il a cité et notamment à son alinéa 2, on peut lire ce qui suit : « Dans chaque bureau de vote, les résultats du dépouillement font l’objet d’un procès-verbal rédigé à l’encre indélébile ».

Ledjely.com

Articles Similaires

LITTÉRATURE : Nyankoye David Mahomo dedicace son premier ouvrage

LEDJELY.COM

PÊCHE ARTISANALE : Fama SARL, fruit des décennies de dur labeur de Dada, une femme mareyeuse

LEDJELY.COM

REFILA : ouverture à Conakry d’un atelier sur les marchés de l’ananas

LEDJELY.COM

PRÉSIDENCE BIDEN : quelle place pour l’Afrique ?

LEDJELY.COM

NOUVEAU MANDAT : les défis du « Gouverner autrement », selon l’Hon. Zeinab Camara

LEDJELY.COM

MOUNTAGA KEITA : « la Guinée n’est pas un scandale, mais une aberration »

LEDJELY.COM
Chargement....