Ledjely.com
Accueil » VIOLENCES PRE-ELECTORALES A FRIA : Aboubacar Makissa Camara appelle au calme et à la retenue
A la une Actualités Basse-Guinée Politique Publireportage

VIOLENCES PRE-ELECTORALES A FRIA : Aboubacar Makissa Camara appelle au calme et à la retenue

[PUBLIREPORTAGE] – Alors que la campagne électorale pour l’élection présidentielle du dimanche 18 octobre, tire à sa fin, des incidents ont éclaté, mardi, à Fria ; des incidents ayant opposé partisans du pouvoir et ceux du principal parti de l’opposition.

Le bilan, à en croire des sources hospitalières, est de deux blessés.

Face aux risques d’affrontements qui se dessinaient, le Directeur national des impôts, Aboubacar makissa Camara, appelle les partis au calme et à la retenue.

Loin de ces lieux de tensions, donc en service à Conakry, le natif de Sombori n’a ménagé aucun effort pour le retour au calme dans la cité de l’alumine.

Lisez !

«C’est dans la journée, qu’on m’a appelé de Fria pour me dire que des militants de l’UFDG en campagne, sont devant ma maison à Tormelin, prêts à s’attaquer à ma famille. J’ai alors appelé pour leur dire de ne pas répondre, de rentrer tous dans la maison et fermer la porte. C’est ainsi qu’on m’a dit également, qu’ils sont allés dans ma ferme, à côté, et y ont détruit une case avant que les forces de l’ordre n’interviennent pour les disperser. A Fria aussi, les jeunes m’ont appelé pour me dire qu’ils y ont détruit leurs bases de campagne ainsi que des engins qui s’y trouvent. Des engins dont je les ai dotés d’ailleurs. Je leur ai dit, à eux-aussi, de ne pas réagir et que je suis prêt à remplacer tout ce qu’ils y ont détruit. C’est ainsi que j’ai échangé, à propos, avec les autorités locales, au niveau de la préfecture et au niveau régional, qui j’avoue, ont pris toutes les dispositions utiles pour éviter le pire. Je tiens à préciser que Fria, c’est chez moi, je ne permettrai jamais des choses pareilles là-bas. Mieux, nous nous acheminons vers la présidentielle dont je suis sûr que mon camp va l’emporter dans cette préfecture, ce, à cause du travail de rabattage que nous sommes en train de mener là-bas. Pour toutes ces raisons, je suis obligé de m’employer pour ne pas qu’il y ait la pagaille sur place », a-t-il expliqué.

Pour l’heure, un calme précaire règne dans la cité d’alumine.

Articles Similaires

CRISE POST-ÉLECTORALE : affrontements et pillages à Conakry et dans certaines villes guinéennes

LEDJELY.COM

La Guinée n’est pas encore une société de droit

LEDJELY.COM

Me MORY DOUMBOUYA : « aucune velléité de déstabilisation du pays ne sera tolérée »

LEDJELY.COM

Après la présidentielle, Conakry sombre dans la violence !

LEDJELY.COM

SCRUTIN DU 18 OCTOBRE : ce que l’INIDH recommande à la CENI, à la population, aux partis politiques et aux candidats

LEDJELY.COM

L’Afrique de l’ouest en feu, la CEDEAO atone

LEDJELY.COM
Chargement....