Ledjely.com
Accueil » CONAKRY : le père de Mamadou Saïdou Diallo, tué par balle, raconte comment il a appris la mort de son fils
A la uneActualitésFaits-diversPolitiqueSociété

CONAKRY : le père de Mamadou Saïdou Diallo, tué par balle, raconte comment il a appris la mort de son fils

En début de soirée lundi 19 octobre 2020, Mamadou Saïdou Diallo, 14 ans, admis à l’Examen d’entrée en 7ème année, a été mortellement touché par une balle au niveau du ventre, en marge des scènes de liesse des militants de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) dans les rues de certains quartiers de Conakry après la déclaration de Cellou Dalein Diallo annonçant être « sorti vainqueur de l’élection présidentielle dès le premier tour ».

Joint au téléphone par Ledjely.com, le père du défunt Boubacar Telly Diallo nous a confié que son fils a rendu l’âme dans une clinique à Cosa avant d’être conduit à la morgue de l’hôpital Ignace Deen.

A l’entame de son témoignage, le père de la victime a expliqué que ses enfants ont profité de son sommeil pour sortir observer la joie des partisans de Cellou Dalein Diallo. Il est revenu sur les circonstances dans lesquelles il a appris le drame.  « J’étais à la maison quand des enfants sont  venus pour me dire que mon fils a reçu une balle et que des gens l’ont envoyé à la clinique de Dr. Taïbata (à la polyclinique de Dogomet), non loin de notre concession. Quand je suis arrivé à la clinique, j’ai trouvé que beaucoup de monde était réuni, mais je n’ai pas pu accéder aux locaux. Un peu plus tard, les médecins m’ont identifié, ils m’ont demandé d’identifier l’enfant, avant de m’annoncer qu’il est décédé, je leur ai répondu : ‘Mes condoléances ! », a-t-il relaté.

Poursuivant ses propos, il a déclaré qu’il se remet à la volonté divine, sans pour autant pardonner à ceux qui ont tué son fils. « Ses jours étaient finis, mais Dieu jugera ceux qui ont été à la base de son assassinat. Ce n’est pas nous qui allons les juger, parce que tout comme nous, ils n’ont pas le prix d’une âme. Donc, je laisse entre les mains de Dieu », s’est-il résigné.

Un sentiment d’impuissance que ressentent de nombreuses familles guinéennes dont les proches ont été assassinés par les forces de défense et de sécurité sans que les coupables et les commanditaires ne soient identifiés. Selon l’UFDG, deux autres cas d’assassinat ont été enregistrés ce lundi à Hamdallaye et à la Carrière. Ce qui porte le bilan à trois morts. De nombreux cas de blessés dont certains par balles sont également rapportés.

Hawa Bah

Articles Similaires

Viol à Hakuna Matata : l’auteur présumé nie les faits mis à sa charge

LEDJELY.COM

Nanfo Diaby : « Le jugement est à Dieu »

LEDJELY.COM

FOULA MADINA : l’élection du bureau des conducteurs de taxis motos vire à la violence

LEDJELY.COM

RD CONGO : la visite papale, un révélateur du besoin de paix

LEDJELY.COM

Pour Blaise Goumou, rien ne justifiait la descente de la garde présidentielle au stade

LEDJELY.COM

TPI de Mafanco : ‘’Américain’’ répond de la ruse dont il usait pour attirer les filles dans son lit

LEDJELY.COM
Chargement....