Ledjely.com

Accueil » VIOLENCES POST-ELECTORALES : certaines victimes peinent à reprendre leurs activités
A la une Actualités Politique Société

VIOLENCES POST-ELECTORALES : certaines victimes peinent à reprendre leurs activités

Les violences postélectorales qui ont éclatées au lendemain de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier laissent encore des traces. Plusieurs boutiques et magasins ont été vandalisés, des véhicules incendiés et même des édifices publics ont payé les frais des affrontements entre militants de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et agents des forces de défense et de sécurité.

Plus d’une semaine après la fin des violences, certaines victimes ont du mal à relancer leurs activités. « Je suis très triste. C’est ici que je gagnais un peu, mais toute ma salle de jeux a été détruite. Si au moins cela fonctionnait, je pourrais gagner de quoi nourrir ma famille. J’ai trois enfants », explique Abdou Kourouma, victime.

Les traces violences sont encore vues comme une sorte de poignard dans le dos par certaines  victimes. « Aujourd’hui, je suis là comme si je ne vis plus ; ma boutique a été vandalisée. Pourtant, nous sommes tous Guinéens », rappelle Mamadou Malal.

Aliou Diallo

Articles Similaires

Le Baya, cet ornement des hanches qui captive les hommes

LEDJELY.COM

GUINEE : la Banque islamique de Guinée fait un don au Fonds social de la sécurité et de la protection civile

LEDJELY.COM

LES NOMINATIONS AU COMPTE-GOUTTES : la peur du bide avec du Alpha sans Alpha (Edito Djoma)

LEDJELY.COM

GOUVERNEMENT DE TRANSITION : le colonel Doumbouya nomme quatre ministres

LEDJELY.COM

RENTREE DES CLASSES : forte affluence  à N’zérékoré

Ledjely.com

Rentrée scolaire à Kankan : faible affluence dans les écoles

Ledjely.com
Chargement....