Ledjely.com

Accueil » GUINÉE : les petits pas de côté de la diplomatie française
A la une Actualités Diplomatie

GUINÉE : les petits pas de côté de la diplomatie française

DÉCRYPTAGE. Une lettre d’Emmanuel Macron à Alpha Condé a douché les espoirs de ceux qui continuent de crier à l’illégitimité du troisième mandat du président guinéen.

« Rétropédalage », « revirement », « volte-face ». Sur les réseaux sociaux ou dans les médias guinéens, la lettre adressée par le président Emmanuel Macron le 30 novembre à Alpha Condé – dont la réélection à un troisième mandat reste contestée par ses opposants – a suscité quelques remous. « Je tiens à vous transmettre, ainsi qu’au peuple guinéen, mes vœux de succès », commence le locataire de l’Élysée. Il y est certes aussi question des « défis » que doit relever la Guinée, et notamment « après les violences, les divisions et les interrogations qui ont émaillé ces élections ». Mais le ton contraste, pour nombre d’éditorialistes et d’internautes, avec celui employé dix jours plus tôt dans un entretien accordé par le président français à Jeune Afrique.

Emmanuel Macron n’y mâchait pas ses mots. « Le président Condé a une carrière d’opposant qui aurait justifié qu’il organise de lui-même une bonne alternance. Et d’évidence, il a organisé un référendum et un changement de la Constitution uniquement pour pouvoir garder le pouvoir. C’est pour ça que je ne lui ai pas encore adressé de lettre de félicitations. Je pense que la situation est grave en Guinée, pour sa jeunesse, pour sa vitalité démocratique et pour son avancée », déclarait-il.

Le 25 novembre, dans les rues de Labé, capitale de la Moyenne-Guinée et fief du principal parti d’opposition (Union des forces démocratiques de Guinée, UFDG), on pouvait voir flotter des drapeaux français lors d’une manifestation appelant à la libération de responsables du parti arrêtés deux semaines plus tôt. « La France reconnaît la gravité de la situation en Guinée. Merci pour ce soutien à la démocratie », s’était quant à lui réjoui le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo.

Emmanuel Macron « en phase » avec son appel au renouvellement

Le courrier officiel du 30 novembre est-il donc le signe d’une dérobade ? Pas pour l’Élysée. « C’est un courrier qui ne comporte pas le terme de félicitations, à la différence du courrier envoyé, par exemple, au président ivoirien Alassane Ouattara », souligne un conseiller. Un courrier daté du 11 novembre, dans lequel Emmanuel Macron donne du « Cher Alassane », et « avec toute mon amitié » au président ivoirien, au lieu du « Monsieur le président » et « À vous » pour ouvrir et clore celui adressé au président Condé. Outre la sémantique, le timing ne serait pas neutre non plus dans cet exercice diplomatique. « Le courrier à Alpha Condé a été adressé un mois et demi après le scrutin du 18 octobre », note-t-on à l’Élysée. Et trois semaines après la validation des résultats par la Cour constitutionnelle – contre huit jours dans le cas de la Côte d’Ivoire.

Quant au fond, « la tonalité du courrier est en phase avec ce que le président a pu déclarer à Jeune Afrique, assure ce conseiller de la présidence. Le chef de l’État s’est prononcé à diverses reprises en faveur du renouvellement générationnel. Il reste dans cette posture politique vis-à-vis de ses homologues. Le président Alpha Condé ne s’inscrit pas dans cette logique, mais ce n’est pas pour autant que nous allons cesser toute interaction avec la présidence et les autorités guinéennes ». Lire la suite ici.

Articles Similaires

Le Baya, cet ornement des hanches qui captive les hommes

LEDJELY.COM

GUINEE : la Banque islamique de Guinée fait un don au Fonds social de la sécurité et de la protection civile

LEDJELY.COM

LES NOMINATIONS AU COMPTE-GOUTTES : la peur du bide avec du Alpha sans Alpha (Edito Djoma)

LEDJELY.COM

GOUVERNEMENT DE TRANSITION : le colonel Doumbouya nomme quatre ministres

LEDJELY.COM

RENTREE DES CLASSES : forte affluence  à N’zérékoré

Ledjely.com

Rentrée scolaire à Kankan : faible affluence dans les écoles

Ledjely.com
Chargement....