Ledjely.com
Accueil » KINDIA : comment les tisserands ressentent l’impact du COVID-19 sur leur activité
A la uneActualitésBasse-Guinée

KINDIA : comment les tisserands ressentent l’impact du COVID-19 sur leur activité

La pandémie du COVID-19 touche de plein fouet les différents secteurs de la vie socioéconomique. C’est le cas à Kindia des tisserands. Situé au quartier Thierno Djibiya, le groupe de tisserands, le seul dans la Cité des Agrumes reconnu dans la pratique de ce métier, tire sur la sonnette d’alarme ; à cause notamment de rareté de la clientèle. Cela impact négativement leur revenu.

Abdoulaye Sow, pratiquant ce métier depuis une quinzaine d’années, se dit très touché par la crise provoquée par la maladie du COVID-19. “Avant, beaucoup de clients nous faisaient des commandes. Mais avec cette maladie, la demande a baissé. Nous gagnons difficilement le pain du quotidien », explique-t-il.

Siaka Tall, lui, a hérité ce métier de son père. Il dit être en situation difficile avec cette maladie. “Moi, j’ai appris ce travail avec mon père. Mais c’est la première fois que nous traversons un tel moment. Mon père était très astucieux dans ce travail et avait beaucoup de clients et tout se passait bien depuis son temps », assure-t-il.

Amadou Benté Diallo, parlant de la gravité de la situation actuelle, remarque tout de même un début de contact avec ses vieux clients.  “C’est seulement la semaine passée que mes clients des États-Unis ont commencé à me contacter. Et je dois livrer une importante commande le 13 janvier prochain ; encore avec les quelques vols, mes clients italiens et australiens ont commencé à m’appeler et quelques rares clients viennent soulever les tissus », indique-t-il .

Montrant sur son téléphone les appels entrants de ses clients de l’extérieur du pays, M. Diallo évoque les prix des tissus : “La qualité en baise-noire se vend à 200 000 francs guinéens, tandis que celle en baise-noire mélangée au rouge, jaune et autres couleurs se négocie à 220 000 francs ».

Interrogés sur un éventuel appui du gouvernement, tous affirment qu’aucun appui ne leur est venu ni de l’Etat ni d’autres structures.

Balla Fakoly, Kindia pour Ledjely.com

Articles Similaires

Paradoxe CNRD : Un an de plus pour soi, zéro jour de plus pour les conseils communaux

LEDJELY.COM

Kankan : les bandits s’en prennent à un nouveau kiosque de transfert d’argent

LEDJELY.COM

Administration du territoire : Kissidougou accueille son 5ème préfet sous le CNRD

LEDJELY.COM

La Zakat : quel en est le bondement, à combien de kilos équivaut-elle et à qui la donner ?

LEDJELY.COM

Primature : les enseignants contractuels reçus par Bah Oury

LEDJELY.COM

Kourémalé : infertile, elle tente de voler un bébé et se fait arrêter

LEDJELY.COM
Chargement....