Ledjely.com
Accueil » N’ZÉRÉKORÉ : les artisans dénoncent leur « abandon » par les autorités
A la une Actualités Arts Guinée Forestière Société

N’ZÉRÉKORÉ : les artisans dénoncent leur « abandon » par les autorités

L’artisanat valorise la culture de la Guinée forestière. Mais de nos jours certains artisans – qui ont opté pour la pratique de métiers traditionnels – se voient « abandonnés » par l’État. C’est le cas de la coopérative des fabricants de sacs et autres objets avec le raphia.

Créée en 1972, la coopérative des fabricants de sacs, de portefeuilles, de chaussures, de gourde, de tapis à table, prenait part à des foires nationales et internationales, où ces occasions étaient mises à profit pour exposer ces objets faits des mains des artisans de la région.

Mais depuis plusieurs années, ces amoureux des lianes de raphias vivent dans l’oubliette des autorités en charge de promouvoir « le made in Guinea ». Face à cet état de fait, le président de la coopérative des fabricants des objets d’art avec le raphia sort du silence. « Depuis dix ans, le gouvernement ne nous aide pas à prendre part aux foires nationales, comme à Conakry, et internationales. En 2009, j’avais pris part à une foire internationale à Alger pour le deuxième festival panafricain, où j’avais représenté la Guinée forestière avec nos produits », se souvient Siba Haba.

« Pourtant, fait-il remarquer, les foires sont des excellentes occasions pour nous de valoriser nos produits ». « Mais, aujourd’hui, on est oubliés par l’État (…) Si rien n’est fait, ce métier risque de disparaitre. Car les jeunes ne sont pas intéressés par ce métier puisque pour eux, c’est un métier de vieilles personnes », regrette-t-il.

Poursuivant, M. Haba évoque aussi la rareté des touristes, grands acheteurs des produits de l’artisanat. « On fabrique divers objets d’art, comme les sacs pour homme et femme, des chaussures, des portefeuilles, des nattes pour table, etc. On fait tout cela avec le raphia. A l’heure qu’il fait, nos produits ne s’écoulent pas rapidement comme avant parce que les touristes ne viennent plus », explique-t-il.

Pour retrouver le vestige de l’époque dorée des artisans de la Guinée forestière, Siba Haba souhaite l’implication des autorités pour la revalorisation de l’artisanat guinéen, en passant par des aides étatiques mais aussi en facilitant la participation des artisans à des foires nationales et internationales.

Niouma Lazare Kamano, N’Zérékoré pour Ledjely.com

Articles Similaires

KIDAL : la Transition tâte le terrain

LEDJELY.COM

PROCÈS DE MADIC 100 FRONTIÈRE : le verdict attendu le 8 février prochain

LEDJELY.COM

KINDIA : un militaire condamné à 18 mois de prison avec sursis

LEDJELY.COM

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L’ÉDUCATION : des acteurs plaident pour la réforme du système éducatif guinéen

LEDJELY.COM

Le réseau AFRIKKI apporte son soutien à l’activiste Foniké Menguè et exige sa libération immédiate

LEDJELY.COM

CONAKRY : l’AVCB commémore le cinquantenaire des pendaisons de 1971

LEDJELY.COM
Chargement....