Ledjely.com
Accueil » GUINEE : le taux de prévalence du mariage d’enfant est de 46 %
A la une Actualités Guinée Société

GUINEE : le taux de prévalence du mariage d’enfant est de 46 %

Ce vendredi 11 décembre, la Guinée et ses partenaires célèbrent en différé la Journée internationale des Droits de l’Enfant (normalement célébrée le 20 novembre de chaque année). Et le thème retenu par les autorités est : « Protégeons nos enfants contre le mariage avant 18 ans« . Une thématique d’autant plus justifiée qu’elle fait référence à un phénomène très ancré au sein de la société guinéenne. En effet, dans sa déclaration de circonstance, la ministre de l’Action sociale et des Personnes vulnérables, citant une étude socio-anthropologique sur les mariages d’enfants en Guinée (2017) évoquent un taux de prévalence du mariage d’enfants dans le pays à 46 %. Et c’est pour essayer de réduire cette prévalence que Mme Diaby Mariama Sylla annonce le lancement ce vendredi du Plan Stratégique National de Promotion de l’Abandon du Mariage d’Enfant. Un plan quinquennal (2021-2025) élaboré avec l’appui du Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF) et ayant pour objectif de mettre à l’abri de la pratique du mariage quelques plus d’un million et demi de filles âgées de 10 à 19 ans. 

A en croire les données fournies par la ministre, moins les filles ont accès à la scolarisation, plus elles courent le risque de se voir marier avant l’âge de la majorité. Ainsi, de celles qui se sont mariées avant 18 ans, 62 % n’ont aucune instruction, tandis que 53 % n’ont que le niveau primaire et 25 % ont continué jusqu’au secondaire au plus. En somme, le mariage d’enfant est un facteur de nature à affecter la scolarisation ou le maintien des filles à l’école.

Pour la mise en place du Plan quinquennal évoqué plus haut, le gouvernement sur une projection de financement estimée à $15 306 500 (quinze millions de dollars américains). Et ce vendredi, à l’occasion de la cérémonie officielle de lancement de ce Plan, placée sous le haut patronage du premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, les enfants et les partenaires du système des Nations unies feront des plaidoyers en faveur de « l’engagement de l’Etat à protéger davantage les filles conformément à la résolution de l’Assemblée Générale des Nations unies pour prévenir et d’éliminer les mariages d’enfants, les mariages précoces et les mariages forcés du 10 Novembre 2020. Ces plaidoyers porteront également sur la mobilisation des ressources nécessaires à la mise œuvre du Plan Stratégique National de Promotion de l’Abandon du Mariage d’Enfant en Guinée« , écrit la ministre de l’Action sociale et des Personnes vulnérables.

Ledjely.com

Articles Similaires

KABINET KOMARA : « Il est impératif de mettre fin aux actes de destruction du tissu social »

LEDJELY.COM

GOUVERNEMENT/EPISODE #3 : quatre autres ministres confirmés par Alpha Condé

LEDJELY.COM

KANKAN : les encadreurs des écoles en zone rurale exigent le paiement de leurs primes d’incitation

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : l’intronisation de deux patriarches fait couler beaucoup de salive

LEDJELY.COM

DJIBOUTI : la stratégie chinoise de la dépendance et de l’influence

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : une mère de famille met fin à ses jours

LEDJELY.COM
Chargement....