Ledjely.com
Accueil » GUINÉE : quand Alpha Condé refuse de tourner la page de la crise
A la uneActualitésGuinéePolitique

GUINÉE : quand Alpha Condé refuse de tourner la page de la crise

Dans son discours d’investiture de mardi dernier, le président Alpha Condé avait invité les Guinéens – et peut-être ses opposants en premier lieu – à « oublier le passé qui divise et à se tourner vers un avenir d’unité et d’espérance ». Mais curieusement, le chef de l’Etat est peut-être celui qui a plus mal à se défaire d’un certain passé. En tout cas, la crise politique dont le pays n’est pas encore sorti lui reste en travers de la gorge. Au point qu’il en a parlé ce jeudi 17 décembre en Conseil des ministres. Au cours de ce conseil en effet, le président Alpha Condé a d’abord chargé ses ministres de la Justice, de l’Administration du territoire et de la Citoyenneté, d’informer l’opinion sur les « dessous des remous et des troubles politiques récents tout en révélant les véritables intentions de leurs commanditaires et les risques auxquels ils ont exposé l’Etat et la Nation ». Ensuite, le chef de l’Etat, listant les insuffisances ayant jusqu’ici inhibé le travail gouvernemental, a évoqué la « faiblesse de la communication gouvernementale pour contrer la campagne de dénigrement organisée par certains opposants et organisations de défense de droits de l’homme qui occultent systématiquement les cas de violence avérés et assumés par des partis politiques et des organisations de la société civile profondément politisées ».

Poursuivant sur la même lancée, le président Alpha Condé estime en effet que des « militants et responsables de la mouvance présidentielle sont souvent agressés voire assassinés, leurs domiciles incendiés et des édifices publics vandalisés et détruits à Conakry et à l’intérieur du pays, sans que ces cas graves de violation des droits humains ne soient jamais évoqués dans les rapports des ONG internationales ».

Est-ce avec de tels rappels que le président espère réussir le chantier de l’unité nationale et de la cohésion sociale ? Avec de telles prises de position, lui sera-t-il facile de convaincre de la sincérité de son engagement à être le « président de tous les Guinéens » ? En dénonçant aussi solennellement les partis politiques et organisations de la société civile, selon lui, responsables de violences avérées et assumées, ne remet-il pas en cause la main qu’il dit tendre notamment à ses adversaires ? Autant de questions dont les réponses invitent à la prudence quant à certaines promesses faites par le président Alpha Condé notamment dans son discours d’investiture.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

Dialogue politique : Dansa Kourouma invite le PM à plus de réalisme

LEDJELY.COM

Transition guinéenne : des militaires déterminés à dérouler leur agenda, quoi qu’il en coûte (édito-Mognouma)

LEDJELY.COM

Corruption : les efforts du CNRD n’impactent pas le classement de la Guinée

LEDJELY.COM

TPI de Mafanco : Mory Nabé écope de 10 ans pour avoir mortellement battu sa femme, suite à une crise de jalousie

LEDJELY.COM

Emergence Mag Awards : liste des entreprises présélectionnées dans les catégories « Meilleure Banque commerciale de l’année » et « Femme Entrepreneure de l’année »

LEDJELY.COM

Sergueï Lavrov en visite à Bamako pour consolider le lien « crucial » avec le Mali

LEDJELY.COM
Chargement....