Ledjely.com
Accueil » BOSSOU : un bébé chimpanzé baptisé Fangacy qui signifie « vite » en langue Mano
A la une Actualités Environnement Guinée Forestière Société

BOSSOU : un bébé chimpanzé baptisé Fangacy qui signifie « vite » en langue Mano

L’Institut de recherche environnementale de Bossou (IREB) a servi de cadre, ce dimanche 20 décembre 2020, à la cérémonie de baptême du bébé chimpanzé, né le 14 novembre dernier dans la forêt du mont Gban. Une cérémonie qui a regroupé les conservateurs de la nature du corridor vert partagé entre la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Libéria, ainsi que plusieurs personnalités venues de l’administration publique guinéenne, des institutions internationales, des ONG évoluant dans la protection de l’environnement et de la faune, mais aussi des communautés riveraines.

Cela faisait 12 ans jour pour jour que la communauté des chimpanzés de Bossou n’avait pas enregistré de naissance d’un nouveau né. Une situation qui avait créé de l’inquiétude tant au niveau des communautés riveraines qui partagent le même territoire que ces chimpanzés et les chercheurs de l’Institut de recherche environnementale de Bossou. Avec la naissance de ce bébé chimpanzé, l’espoir renaît car, la communauté de ces primates qui était avant à 21 chimpanzés s’était retrouvée ces dernières années à 7 suite aux plusieurs décès. Mais avec l’arrivée de ce nouveau né, les signaux qui étaient au rouge commencent à s’améliorer.

Pourquoi le baptême d’un chimpanzé ? Le directeur général de l’Institut de recherche environnementale de Bossou répond à cette situation qui avait surpris plusieurs observateurs. « Les raisons sont très simples. Pour nous, le chimpanzé n’est pas un animal, c’est un être humain car la science l’a déjà démontré. Il ressemble à l’homme sur le plan morphologique, ils utilisent des outils comme l’homme mais aussi ici à Bossou nos parents avaient la ferme conviction que ces chimpanzés là, c’est l’incarnation de leurs ancêtres. Donc, ils avaient eux-aussi la ferme conviction que c’étaient des humains. Ils les ont protégés depuis des décennies avant que le travail de la recherche scientifique ne commence. Sinon les chimpanzés, on les trouve un peu partout dans le monde mais la particularité de ceux de Bossou est qu’ils sont liés aux hommes. Ils vivent ensemble sur le même territoire, ils se partage les ressources de la même forêt sans aucun heurt entre chimpanzé et homme. Et même lorsque les hommes procèdent à la culture que ça soit le riz, la banane, l’ananas, en bref, tout ce qui est cultivé ici, les gens prennent soin de laisser une partie de leur récolte dans les champs destinée à la nourriture des chimpanzés. Vous voyez à quel point les hommes sont liés aux chimpanzés à Bossou. Aujourd’hui, il nous reste 7 individus de chimpanzés à Bossou. Avec ce nouveau né, on est parti à 8. Mais tenez vous bien, on est partis de 21 pour se retrouver aujourd’hui à 8 », a rappelé Dr Alya Gaspard Soumah.

Et de rappeler : « Les chimpanzés en 2003 ont été frappés par une pandémie où 7 avaient perdu la vie et on est tombés à 12 individus du groupe de chimpanzés de Bossou. Il y a aussi la mort naturelle. En plus de la maladie, il y a la déforestation liée à la coupe de bois et aux feux de brousse qui menacerait aussi la vie de ces primates ».

Procédant à l’annonce du nom de ce bébé chimpanzé, un jeune chef guide de Bossou est revenu sur la signification du nom que porte ce chimpanzé. « Ce bébé s’appelle ‘Fangacy’ qui signifie dans notre langue du terroir  »vite ». Pourquoi vite ? Parce qu’on avait fait 12 ans sans qu’il y ait naissance ici chez les chimpanzés et on voit que les femelles qui sont là tendent vers la ménopause. On était vraiment inquiète donc ce nom, c’est d’encourager la maman à contracter vite », a indiqué Boniface Zobéla.

Ce corridor vert de 320 hectares que se partagent la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Libéria, sa protection n’intéresse pas que les Guinéens. Venu pour prendre part à cette cérémonie de baptême du côté de la Côte d’Ivoire, ce chef secteur Nimba côté ivoirien de l’Office forêt partie réserve, indique qu’il est aujourd’hui important de protéger le massif forestier de Nimba. « Notre mission que ça soit la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Liberia, c’est la protection, la sécurisation de ce massif forestier qui est transfrontalier à nos pays. Nous sommes là ce matin, c’est pour prendre part au baptême de ce nouveau primate. Ce sont des espèces que nous protégeons. Nous travaillons pour une gestion participative de ces faunes et flores pour notre génération mais aussi la nouvelle génération », a souligné commandant Jimmy Zoh Patrice.

Dans sa communication, le directeur général du Centre de gestion environnementale des monts Nimba et Simandou a martelé que cette cérémonie est une occasion pour encourager les chercheurs. « Depuis 12 ans, on avait remarqué que les chimpanzés ne se reproduisaient pas et le nombre était à 7. Cela avait commencé à inquiéter tout le monde. Si en ce jour solennel on est au baptême d’un nouveau primate qui augmente notre communauté de chimpanzés à 8. C’est un ouf de soulagement pour nous conservateurs de la nature mais surtout les chercheurs qui suivent l’évolution de ces animaux », a mentionné Colonel Papa Condé.

Il faut noter que la communauté actuellement des chimpanzés de Bossou se chiffre à 8 individus dont 5 femelles et la plus âgée Fana a 64 ans suivie de Jiré qui a, elle, 62 ans.

Niouma Lazare Kamano, de retour de Lola pour Ledjely.com

Articles Similaires

KIDAL : la Transition tâte le terrain

LEDJELY.COM

PROCÈS DE MADIC 100 FRONTIÈRE : le verdict attendu le 8 février prochain

LEDJELY.COM

KINDIA : un militaire condamné à 18 mois de prison avec sursis

LEDJELY.COM

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L’ÉDUCATION : des acteurs plaident pour la réforme du système éducatif guinéen

LEDJELY.COM

Le réseau AFRIKKI apporte son soutien à l’activiste Foniké Menguè et exige sa libération immédiate

LEDJELY.COM

CONAKRY : l’AVCB commémore le cinquantenaire des pendaisons de 1971

LEDJELY.COM
Chargement....