Ledjely.com
Accueil » GUINEE: un acteur de la société civile interpelle Alpha Condé sur les défis et enjeux du nouveau mandat
A la une Actualités Politique Société Tribune

GUINEE: un acteur de la société civile interpelle Alpha Condé sur les défis et enjeux du nouveau mandat

D’abord, le 15 décembre 2020, le président Alpha Condé a été investi au titre de son troisième mandat. Ensuite, ce lundi 21 décembre, il a été solennellement installé dans ces nouvelles (anciennes) fonctions. Bref, on est parti pour le nouveau sextennat. Une nouvelle aventure au cours de laquelle les obligations du président de la République vis-à-vis de la Guinée et de ses habitants dans leur ensemble demeurent importantes. En particulier, l’activiste auteur de la lettre ouverte ci-dessous identifie trois grands défis et enjeux auxquels le chef de l’Etat, au titre de sa nouvelle mandature, devrait accorder une attention particulière. En premier lieu, c’est l’unité nationale qui devra, des intentions, être traduite via des actes concrets. Ensuite, c’est la lutte contre la corruption. A ce sujet, la suggestion de l’activiste est que le président de la République saisisse l’occasion de l’affaire des 200 milliards pour donner la pleine mesure de son engagement à sévir contre les fossoyeurs de l’économie. Enfin, il interpelle le président Alpha Condé au sujet des services sociaux de base. En tout état de cause, il rappelle à ce dernier  que la stratégie du bouc-émissaire dont il se sera servi durant les deux précédents mandats risque de ne plus fonctionner et qu’il n’est plus évident que les Guinéens se satisfassent des seules promesses. 

Monsieur le Président, ce mardi 21 décembre 2020 vous avez été installé pour votre mandat de tous les risques, de tous les défis et de tous les enjeux. Ce mandat de plus que d’autres jugent de trop, ne doit nullement être celui des récompenses politiciennes ou de promesses, mais du peuple par le Travail, la Justice et la Solidarité dans le vrai sens de ces termes. Tout d’abord renoncez avec la banalisation de votre parole de Président (plus haute magistrature de notre pays) au profit de l’action et le langage d’Homme d’Etat.

Pour cause, Monsieur le Président, il paraît que, allant à l’encontre du discours magistral que vous avez prononcé pendant votre investiture le 15 décembre dernier, vous avez apporté une caution morale au syndicalisme gouvernemental de soutien à votre ministre accusée dans une affaire de prétendue mauvaise gestion de fonds publics qui pourraient s’élever jusqu’à la somme astronomique de 200 milliards. Monsieur le Président, certes elle (la ministre) incarne à la fois les deux (2) cibles (femme et jeune) que vous avez priorisées dans le discours pendant vos précédents mandats. Mais pour votre bonheur, son honneur à elle, la santé de la gouvernance et l’espérance dans votre nouveau mandat, vous devez laisser la totale indépendance à la justice. Cette dernière doit tirer au clair cette affaire sans influence aucune. Monsieur le Président, sachez que le peuple ne pourra plus entendre à plus forte raison comprendre l’argument fétiche de « je ne connais pas le cadre guinéen ou on m’a trompé » ; il ne pourra plus non plus serrer davantage la ceintures ou patienter sauf si en échange, il lui était présenté du concret et du visible aux impacts positifs directs sur son épanouissement. Voilà les risques et les enjeux de ce mandat.

Par ailleurs, Monsieur le Président, vous avez en d’autres termes reconnu vous-même l’existence d’une minorité de Guinéens (hommes d’affaires, hauts fonctionnaires,) qui se sont servis ou ont été servis dans vos précédents mandats contre une majorité écrasante du peuple composée de toutes les ethnies et les régions du pays. J’allais oublier de vous rappeler que par la faiblesse de vos services de contrôle qualité, le Guinéen décime au quotidien sa vie par la consommation de produits en grande partie périmés ou contrefaits. Il vous revient, Monsieur le Président, de relever ces défis par la promotion de l’unité nationale, la lutte sans complaisance contre la corruption et l’établissement d’une justice forte et équitable au service de tous, sans oublier les services sociaux de base.

Enfin Monsieur le Président, l’ossature ou la composition de votre prochain gouvernement et les actes qui seront posés dans les cent (100) premiers jours, nous permettront de comprendre si vous avez bien perçu les risques, les défis et les enjeux liés à ce « mandat de plus ou de trop » pour servir le peuple dans sa grande majorité et non une petite minorité.

Abdoul Sacko, Leader d’opinion au sein de la société civile, avec œil citoyen sur le slogan « Gouverner Autrement ».

Articles Similaires

MAMADOU SYLLA : « Alpha Condé appauvrit les Guinéens pour donner de l’argent aux étrangers »

LEDJELY.COM

CONAKRY : les gros porteurs interdits de circulation pendant « les heures de pointe »

LEDJELY.COM

Sidy Souleymane NDiaye ou l’incarnation du mal absolu (Sékou Koundouno)

LEDJELY.COM

Choc Manchester City-Chelsea en demi-finale de Coupe d’Angleterre

LEDJELY.COM

Ebola, les enfants contacts bénéficient d’une prise en charge psycho-sociale et de kits d’hygiène

LEDJELY.COM

GUINÉE : vers la création d’une nouvelle structure de défense des journalistes ?

LEDJELY.COM
Chargement....