Ledjely.com

Accueil » COTE D’IVOIRE : à quoi joue le FPI Pro-Gbagbo ?
A la une Actualités Afrique Politique

COTE D’IVOIRE : à quoi joue le FPI Pro-Gbagbo ?

En d’autres circonstances, l’annonce par la tendance du Front populaire ivoirien (FPI) fidèle à l’ancien président Laurent Gbagbo de prendre part aux élections législatives devant se tenir dans le premier trimestre de 2021, aurait pu être interprétée comme symbolisant la réussite annoncée du dialogue politique qui vient de commencer. Mais en attendant d’y voir plus clair, il convient d’y aller avec prudence. En effet, comment comprendre que le parti puisse faire une telle annonce au sujet de consultations électorales dont les conditions d’organisation sont justement au cœur des discussions politiques qui n’en sont qu’à leur début ? Vu que la position ainsi rendue publique n’est assortie d’aucune condition touchant notamment aux réformes que l’opposition réclame à la CENI, ne vide-t-elle pas le dialogue politique de sa substance ? Ou bien Laurent Gbagbo aurait-il déjà obtenu les garanties dont il a besoin ? Bref, dans cette histoire, tout n’est pas encore clair. Aussi, il faut se garder de jubiler pour le moment.

La décision que vient de prendre le parti de l’ancien président est révélatrice d’une chose cependant. Le principe du retour de Laurent Gbagbo au pays est désormais quelque chose d’acquis. Vu qu’en début décembre, il avait déjà récupéré ses passeports ordinaire et diplomatique, cela n’est certes pas une surprise. Mais l’annonce de son parti vient, s’il en était besoin, confirmer et consolider cette information. Car c’est la seule chose sur laquelle ses partisans n’avaient jamais voulu transiger. C’est la question qui aura fracturé le parti, en l’absence de son leader fondateur. Ceux qui ont tenu mordicus à son retour et qui auront jusqu’au bout contesté le sort à lui réservé, s’étaient abstenu de prendre part aux compétitions électorales organisées dans le pays depuis 10 ans. Alors que d’autres, plus flexibles, avaient estimé qu’on peut, tout en continuant à se battre pour le retour du leader historique, participer à l’animation de l’espace politique ivoirien. Le fait que les plus inconditionnels soutiens de l’ancien président fassent un tel revirement doit donc se justifier par des garanties et des concessions concrètes.

Sentiment de trahison

Il reste néanmoins à savoir comment les autres membres de l’opposition ivoirienne réagiront à cette décision. Certes, le FPI dit vouloir travailler en concertation avec les autres partis en vue de se donner les moyens de remporter les futures élections législatives, municipales et régionales. Mais ce clin d’œil suffira-t-il pour calmer la colère et le sentiment de trahison que les autres plateformes de l’opposition seraient en droit d’éprouver par rapport à cette attitude solitaire ? En effet, on pourrait penser que le FPI vient de créer une fissure dans la dynamique unitaire que les opposants entendaient faire voir, à l’occasion du dialogue politique qui vient d’être entamé. De fait, si un gros poids lourd de l’opposition de la trempe du parti de Laurent Gbagbo annonce d’ores et déjà sa participation aux prochaines consultations électorales, il réduit par la même occasion la marge de manœuvre de ses partenaires. En tout cas, désormais, rien n’oblige les autorités ivoiriennes à céder à la pression des autres plateformes de l’opposition.

Objectif : principal opposant

Mais à l’évidence, le FPI sait ce qu’il fait. Laurent Gbagbo dont le retour est imminent se prépare manifestement à réoccuper sa place de principal opposant au régime d’Alassane Ouattara. Et pour cela, rien de tel que de mettre tous les autres, Henri Konan Bédié y compris, devant le fait accompli. En prenant ainsi tout le monde de court, il espère mener la danse dans les rangs de l’opposition. S’il a conscience que le poste de président de la République lui est inaccessible au vu de la situation qui prévaut aujourd’hui, Laurent Gbagbo a tout aussi conscience que, s’il veut continuer à peser sur le destin de son pays, il lui faudra reprendre le leadership de l’opposition. Et c’est ce à quoi il s’emploie désormais. Quitte à provoquer l’implosion de l’opposition. Malheureusement, la politique c’est aussi ‘’Ote-toi que je m’y mette’’. Et cela, le séjour en prison ne l’a vraisemblablement pas fait oublier à Laurent Gbagbo.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

Consultations: Massoud Barry revient sur ses échanges avec le colonel Doumbouya  

Ledjely.com

POLITIQUE : Aliou Bah du MODEL, dans le gouvernement de transition ?

Ledjely.com

FAUSSE COUCHE : cette douleur atroce que les victimes endurent en silence

LEDJELY.COM

TRANSITION : Alassane Ouattara et Nana Akufo Addo débarquent à Conakry

LEDJELY.COM

Kankan : Le corps sans vie d’un enfant retrouvé dans la commune urbaine

Ledjely.com

TRANSITION : depuis les USA, Alpha Sila Bah (PGRP) réagit et fait des recommandations au CNRD

LEDJELY.COM
Chargement....