Ledjely.com
Accueil » MATAM/CONSTANTIN : manifestation de conducteurs de taxi-motos contre « l’arnaque policière »
A la une Actualités Société

MATAM/CONSTANTIN : manifestation de conducteurs de taxi-motos contre « l’arnaque policière »

Une manifestation de conducteurs de taxis motos des cinq communes de la capitale a été dispersée ce  lundi 28  décembre au carrefour Constantin, dans la commune de Matama, par la police  qui a fait usage de gaz lacrymogène. Selon nos informations, un conducteur de taxi moto  a été interpellé et une moto embarquée par les forces de l’ordre.

Ce sont des centaines de conducteurs de taxis motos qui ont quitté la routière de Bonfi pour venir manifester au carrefour de Constantin pour, disent-ils, contre l’anarque dont ils sont victimes de la part des agents de la police routière.

Avec le slogan « 110 000 francs guinéens, c’est trop. On a en marre », la manifestation – aussitôt commencée – a été étouffée par la police dont certains agents étaient même munis de fusils de type PMAK.

Interrogé par Ledjely.com, Alhassana Camara, conducteur de taxi-moto sur le tronçon Bambeto-Hamdallaye-Kaloum, explique : « Aujourd’hui, c’est une revendication sociale pour dénoncer l’arnaque des agents de la police routière, qui nous arnaquent en longueur de journée avec des fausses infractions. S’ils nous prennent, quelque soit l’infraction, ils nous font payer 110 000 francs et si on nous envoie à la routière, on nous fait payer 210 000 francs guinéens. Et pourtant, on est incapables de gagner 110 000 francs par jour ». Et d’ajouter : « Chaque jour, ces policiers nous arnaquent ; surtout ceux de Constatin. Raison pour laquelle nous sommes venus ici pour leur dire qu’on en a marre ».

« On m’a une fois pris avec une femme malade et un aveugle, bien que je me sois expliqué sur les raisons pour lesquelles j’ai pris deux personnes sur ma moto, ils ont embarqué ma moto en me faisant payé 110 000. Mais la question qu’on se pose est de savoir où va cet argent », s’interroge un étudiant de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia qui fait de taxi-moto pour subvenir à ses besoins.

Les manifestants comptent aller jusqu’au bout pour mettre fin aux agissements des policiers. « Au cas où l’État ne prend pas en compte nos revendications, les jours à venir nous changerons notre mécanique de manifestation, parce que nous sortirons dans les rues pour réclamer ce que nous voulons », a annoncé un manifestant.

Au moment où nous quittons les lieux, la situation était revenue à la normale au carrefour de Constantin dans la commune de Matam, à Conakry.

Balla Yombouno

Articles Similaires

LITTÉRATURE : Nyankoye David Mahomo dedicace son premier ouvrage

LEDJELY.COM

PÊCHE ARTISANALE : Fama SARL, fruit des décennies de dur labeur de Dada, une femme mareyeuse

LEDJELY.COM

REFILA : ouverture à Conakry d’un atelier sur les marchés de l’ananas

LEDJELY.COM

PRÉSIDENCE BIDEN : quelle place pour l’Afrique ?

LEDJELY.COM

NOUVEAU MANDAT : les défis du « Gouverner autrement », selon l’Hon. Zeinab Camara

LEDJELY.COM

MOUNTAGA KEITA : « la Guinée n’est pas un scandale, mais une aberration »

LEDJELY.COM
Chargement....