Ledjely.com
Accueil » CONAKRY : les motards sont-ils désormais interdits de s’arrêter à proximité des véhicules des forces de sécurité?
A la une Actualités Sécurité Société

CONAKRY : les motards sont-ils désormais interdits de s’arrêter à proximité des véhicules des forces de sécurité?

C’est une question qu’on est en droit de se poser. Quelques semaines après l’attaque perpétrée par des hommes circulant sur une moto qui a coûté la vie à un policier à Wanindara dans la commune de Ratoma, selon les autorités guinéennes, les forces de sécurité auraient reçu l’instruction de ne plus laisser les motards s’arrêter à proximité des véhicules des forces de sécurité, stationnés dans cette partie de la capitale guinéenne réputée être un bastion imprenable de Cellou Dalein Diallo, le principal adversaire du président Alpha Condé.

En effet, ce jeudi soir, 31 décembre 2020, alors que toutes les artères de Conakry étaient prises par des embouteillages monstres, un conducteur de moto faisant de livraison pour des clients a été interpellé par des gendarmes stationnés au niveau du carrefour Cosa dans la même commune. Ce n’est qu’après avoir payé la somme de 5 000 francs guinéens qu’il a été autorisé à poursuivre son chemin. Dans leurs discussions qui ont duré pendant une heure, les agents ont notifié au motard qu’il est désormais interdit de s’arrêter près des véhicules de la police, de la gendarmerie et de l’armée stationnés dans la haute banlieue de Conakry ; suite à l’attaque survenue à Wanindara le 30 novembre dernier au cours de laquelle un élève policier a été tué par balle.

« J’ai garé près de la station [de carburant] pour passer un coup de fil. Du coup, un gendarme est venu arraché la clé de ma moto, sans me donner aucune raison. Quand je lui ai demandé ce que j’ai fait, il m’a tout simplement dit de voir cela avec son chef. J’étais très remonté, mais son chef a été compréhensible, et lui-même m’a appelé calmement. Il m’a dit : ‘Petit, tu es en infraction ; tu ne dois pas venir auprès d’agents de sécurité et passer des coups de fils. C’est comme ça que des hommes en uniforme ont été attaqués récemment à Wanindara‘. J’ai rétorqué qu’il y a également des bandits qui s’habillent en tenue pour nous brigander dans la circulation et c’est pourquoi j’ai crié. J’ai fait sortir 3 000 francs pour leur donner, son chef a dit que c’est petit. Finalement, je leur ai donné 5 000 francs », a-t-il raconté.

Nous y reviendrons…

Hawa Bah

Articles Similaires

GOUVERNEMENT/EPISODE #3 : quatre autres ministres confirmés par Alpha Condé

LEDJELY.COM

KANKAN : les encadreurs des écoles en zone rurale exigent le paiement de leurs primes d’incitation

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : l’intronisation de deux patriarches fait couler beaucoup de salive

LEDJELY.COM

DJIBOUTI : la stratégie chinoise de la dépendance et de l’influence

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : une mère de famille met fin à ses jours

LEDJELY.COM

URGENT : descente musclée d’agents de la BRB dans les locaux de Gangan Radiotélévision

LEDJELY.COM
Chargement....