Ledjely.com
Accueil » SLECG : Aboubacar Soumah fait des révélations…
A la une Actualités Guinée Société

SLECG : Aboubacar Soumah fait des révélations…

Invité ce jeudi 14 janvier 2021 dans l’émission Les Grandes Gueules sur la radio Espace FM, Aboubacar Soumah, le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) a répondu à un certain nombre d’étiquettes qui lui sont régulièrement collées.

La première concerne des accusations de corruption auxquelles il essuye de la part des syndicalistes exclus du bureau exécutif du SLECG qu’il dirige, notamment l’acquisition d’un véhicule Toyota RAV4. « Après l’aboutissement [des] revendications [d’une augmentation de salaire] de 40%, Roméo (ex-chargé de communication du mouvement, ndlr) est venu me dire : ‘De toutes les façons, l’intéressé (un ministre de la République) tient à vous donner la voiture’. J’ai convoqué le bureau exécutif national, il a exposé le problème, on a débattu. La majorité a dit : ‘Général, comme la proposition a été faite pendant la grève, tu n’a pas pris, [et] maintenant qu’on a abouti [à nos revendications], nous acceptons que tu prennes la voiture. C’était en bureau exécutif national. Tounkara (ex-secrétaire général adjoint) est témoin, Roméo est témoin. Donc, le bureau a désigné 4 personnes pour aller voir l’intéressé qui leur a donné l’argent. Ils sont allés acheter la voiture RAV4 en question », a précisé le responsable syndical.

La deuxième étiquette qui lui a été collé, c’est celle de jouer à l’époque le jeu du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), opposé à un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Une accusation qu’il balaie également d’un revers de la main. « Le poste [de coordinateur] que [Abdourahmane] Sanoh est en train d’occuper, on m’a proposé de l’occuper, j’ai refusé. Même Sanoh est venu me voir. Dès l’instant que j’ai vu avec eux les têtes de Sydia Touré, de Cellou Dalein Diallo, des autres politiciens, je l’ai dit que je ne viendrai pas. Parce que moi je suis dans un mouvement [syndical]. Il ne faudrait pas qu’on me voie avec les politiques. Ensuite, mon secrétaire général de N’Zérékoré qui avait été désigné comme coordonnateur [local] du FNDC, je lui ai dit de démissionner parce que ce n’est pas notre combat ça. Ce n’est pas notre vocation. Nous sommes des syndicalistes, nous sommes de la société civile, mais nous ne devons pas être avec les politiciens » dans nos combats, a-t-il indiqué.

Parlant de son divorce avec Abdoulaye Sow, le président de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG), Aboubacar Soumah a ajouté que ce dernier n’a pas été honnête. « On a organisé le congrès. C’est moi qui devrais être secrétaire général de l’USTG, je lui ai cédé [la place] avec beaucoup de tractations, d’interventions. Même notre plateforme de la société civile d’adhésion, la PCUD, est intervenue pour ça, pour que je puisse laisser le poste à Sow, puisque j’étais déjà au front [avec la revendication de hausse des salaires. On avait engagé des combats. Donc, je ne pouvais pas être sur les deux fronts, être secrétaire général du SLECG et secrétaire général de l’USTG. Donc, ils disent que je ne peux pas gérer, il faut que j’accepte que Sow soit secrétaire général. C’est dans ces circonstances là que j’ai accepté (…) Il n’a pas été honnête avec moi. Lorsque les 11 centrales ont voulu nous appuyer (en pleine grève), il a organisé un voyage, en laissant la consigne à la FESABAG de ne pas accompagner ces centrales. Tout ce qui a été pris comme disposition, ces centrales ne nous avaient pas accompagnés parce que la FESABAG n’était pas intéressée. Ils disaient : ‘On va sensibiliser, c’est un secteur sensible (…) Quand le gouvernement a fait appel aux syndicats qui sont à notre solde, la FSPE et le SLECG de Kadiatou Bah, pour signer le protocole concernant les primes d’incitation, Abdoulaye Sow a ordonné à Tounkara et Mohamed Bangoura d’aller signer au compte du SLECG. Il devait voyager la nuit, je l’ai appelé pour lui dire de faire une déclaration avant de quitter, il m’a dit de considérer qu’il n’est pas là », a expliqué le patron de l’aile dure du SLECG.
Hawa Bah

Articles Similaires

LIGUE 1 : le Horoya AC s’impose sur l’Ashanti Golden Boys devant un public gonflé à bloc

LEDJELY.COM

CIRCULATION DES GROS PORTEURS PENDANT LES HEURES DE POINTE : quand certains conducteurs font la sourde oreille

LEDJELY.COM

Les  »72 heures du livre » en mode Covid-19

LEDJELY.COM

Quand Cellou Dalein dévoile la fébrilité du RPG

LEDJELY.COM

GUINÉE : lancement du programme sportif féminin « Championnes »

LEDJELY.COM

MALI : des élections présidentielle et législatives prévues pour février 2022

LEDJELY.COM
Chargement....