Ledjely.com
Accueil » VIOLENCES MEURTRIÈRES A MACENTA : une trentaine de personnes interpellées et déférées à la prison civile de N’Zérékoré
A la une Actualités Guinée Forestière Justice Société

VIOLENCES MEURTRIÈRES A MACENTA : une trentaine de personnes interpellées et déférées à la prison civile de N’Zérékoré

Les suspects interpellés dans l’affaire des affrontements intercommunautaires qui avaient fait une vingtaine de morts en décembre dernier à Macenta ont été déférés à la maison centrale de N’Zérékoré, en attendant l’ouverture de leur procès.

Ce sont au total 31 personnes qui sont arrêtées et déférées dans le cadre de cette affaire qui avaient endeuillé cette ville de la Guinée forestière. Selon le procureur près du Tribunal de première instance de Macenta, ces interpellations n’ont pas lieu au même moment. « Au jour d’aujourd’hui, il y a 31 personnes placées sous mandat dépôt à la maison centrale de N’Zérékore. Toutes ces personnes n’ont pas été arrêtées au même moment. Il y a eu d’abord 28 personnes déférées par procès verbal d’enquête préliminaire. Après le juge d’instruction a été saisi. Et quand, il a été saisi, il a décerné des mandats. C’est l’exécution de ces mandats qui a amené à l’interpellation de trois autres. Ce qui fait 31 personnes placées régulièrement sous mandat dépôt », a précisé Abdoulaye Babady Camara, le procureur  près du TPI de Macenta, joint au téléphone par Ledjely.com.

Parlant du procès de ces personnes interpellées dans le dossier des affrontements que la ville de Macenta a connus récemment, Abdoulaye Babady Camara a indiqué que le dossier est en instruction préparatoire devant le juge d’instruction. « Pour le moment, les parties civiles sont en train d’être entendues et les procès verbaux d’interrogatoires sont aussi en train d’être posés par le juge d’instruction », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, il a levé un coin du voile sur les infractions pour lesquelles ces 31 personnes sont poursuivies. « Elles sont poursuivies pour meurtre, assassinat, coups et blessures volontaires, incendie volontaire, détention illégale d’armes et munitions, destruction de biens privés, participation à un mouvement insurrectionnel et complicité », a annoncé Abdoulaye Babady Camara.

La ville de Macenta a été le théâtre de violents affrontements à relent ethnique les 26, 27 et 28 décembre 2020, faisant 18 morts, selon le bilan officiel, et d’importants dégâts matériels.

Niouma Lazare Kamano, N’Zérékoré pour Ledjely.com

Articles Similaires

800 femmes et jeunes filles des 5 communes de Conakry en formation aux dialogues communautaires

LEDJELY.COM

GUINEE : des pistes de réflexion pour crédibiliser et pacifier le processus électoral

LEDJELY.COM

Le siège du PUP fait peau neuve : Fodé Bangoura, l’artisan du renouveau d’un parti qu’on annonçait mort

LEDJELY.COM

GUINÉE : après la sortie de Michelle Bachelet, le FNDC appelle l’ONU « à joindre des actes forts aux déclarations de principes »

LEDJELY.COM

Le cri de cœur des citoyens de Kondiaran après l’arrêt des travaux de la route Kankan-Mandiana

LEDJELY.COM

L’Espagne appuie la Guinée dans sa lutte contre le virus Ebola

LEDJELY.COM
Chargement....